Faits divers – Justice

Le premier centre de déradicalisation en France va ouvrir

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine et France Bleu lundi 29 août 2016 à 7:46

Le centre de Pontourny
Le centre de Pontourny © Maxppp - Patrick Goupil

Le centre de déradicalisation va ouvrir en Indre-et-Loire, premier centre de la sorte en France. Le centre de Beaumont-en-Véron va accueillir ses premiers résidents en ce début septembre. Ils seront d'abord une dizaine, encadrés par 25 personnes. La formation des personnels vient de se terminer.

Dans quelques jours, le centre de Pontourny de Beaumont-en-Véron deviendra officiellement le premier centre de déradicalisation en France (un projet qui fait partie du plan d'action du gouvernement contre la radicalisation djihadiste). La date d'ouverture a été annoncée au 1er septembre, mais les premiers résidents ne seront pas encore là. On le rappelle, des adultes de 18 à 30 ans, des volontaires, qui n'ont pas de procédure judiciaire en cours, comme une assignation à résidence. Des individus auront par exemple été signalés par leurs familles au numéro vert "stop djihadisme". La durée du séjour à Pontourny n'excèdera pas 10 mois.

Des psychologues, des infirmières et des surveillants de nuit ont été recrutés pour atteindre les 25 salariés, soit un tiers de moins que dans l'ancien centre de Pontourny

L'heure est aux derniers préparatifs sur place, dans l'ancien centre qui accueillait jusque là des mineurs isolés étrangers. Pour s'adapter aux nouveaux résidents, un important dispositif de vidéosurveillance a été installé. Pour le reste, le bâtiment existant fait l'affaire. Les formations des personnels viennent de prendre fin, pour la vingtaine d'éducateurs et d'agents de maintenance qui travaillaient jusque là à Pontourny et qui ont décidé de rester. La formation a duré deux mois, dispensée par des sociologues, des psychologues. Ils ont aussi travaillé sur la géopolitique et la réinsertion.

Les premiers résidents attendus dans les prochains jours, mais le centre ne fera pas le plein

Quand arriveront les premiers résidents? Non pas le 1er septembre mais entre le 5 et 10 septembre, après analyse des profils présentés par des associations mandatées par l'Etat pour faire le tri. Au départ, ils ne seront qu'une 10aine sur les 30 places disponibles. Ils seront cloisonnés dans le centre. A terme, des autorisations de sortie le week-end seront examinées par les responsables du centre. Est-ce que ça va marcher? Personne ne peut l'affirmer. "On est dans l'expérimentation" dit un salarié. "Le projet est théorique. Il faudra au moins un an pour tirer un premier bilan".

Partager sur :