Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Premier ministre confirme la construction d'une nouvelle prison à Toul

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine

Accompagné par le Garde des Sceaux, Jean Castex est venu présenter en Alsace, les sites retenus dans le "programme 15 000 places". Parmi eux, le site meurthe-et-mosellan de Toul.

(Photo d'illustration) La nouvelle prison de Toul pourrait accueillir des détenus dès 2026
(Photo d'illustration) La nouvelle prison de Toul pourrait accueillir des détenus dès 2026 © Radio France - Nina Valette

Jean Castex, le Premier ministre et Eric Dupond-Moretti, le ministre de la Justice, étaient à Lutterbach, près de Mulhouse ce mardi matin, sur le chantier du futur centre pénitentiaire, qui devrait ouvrir d'ici la fin de l'année. L'endroit a été choisi pour annoncer les sites retenus pour la seconde phase du Plan 15 000 places de prison (8 000 nouvelles places).

Travaux dès 2022 pour une ouverture en 2026

Parmi les sites évoqués par le Premier Ministre, le projet d'une nouvelle prison à Toul, dont on a déjà évoqué le projet en février 2020. Des travaux qui pourraient démarrer en 2022 et une ouverture en 2026 pour 180 détenus.

La prison appelée INSERRE "est centrée sur la formation et le travail en lien avec les entreprises locales et les collectivités territoriales" .  

En Meurthe-et-Moselle, un projet de nouvelle prison avait été abandonné en 2018 sur le site de Dommartin-lès-Toul . Le projet est prévu aujourd'hui dans la commune de Toul sur un terrain de 4 hectares.

Il pourrait y avoir de 160 à 180 emplois créés

A l'annonce du site retenu en 2020, le maire de Toul, Alde Harmant, réagissait " il y a déjà deux établissements pénitentiaires dans le secteur, ça ne pose pas de problème d'en accueillir un troisième en périphérie de la ville sur 4 hectares près de la zone industrielle". L'élu ajoutait "l'intérêt, c'est la création de 160 à 180 nouveaux emplois, on n'allait pas regarder les trains passer sans réagir".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess