Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Premier ministre espagnol favorable au rapprochement des prisonniers basques

mardi 19 juin 2018 à 4:39 Par Théo Hetsch et Oihana Larzabal, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Vers le rapprochement des prisonniers basques ? Le nouveau premier ministre espagnol y est favorable. Le socialiste Pedro Sanchez a donné sa première interview télévisée ce lundi soir. Il s'est dit prêt à transférer les prisonniers basques et catalans.

Le 9 décembre dernier, 11 000 personnes manifestaient à Paris pour demander à la France et l'Espagne le rapprochement des prisonniers basques.
Le 9 décembre dernier, 11 000 personnes manifestaient à Paris pour demander à la France et l'Espagne le rapprochement des prisonniers basques. © Radio France - Oihana Larzabal

Pays Basque, France

"Il est évident qu'il faut aborder la question d'une autre manière" a débuté Pedro Sanchez ce lundi soir. Pour le premier ministre espagnol, il faut "une politique pénitentiaire différente" : il juge "raisonnable" qu'une fois l'instruction terminée, les détenus soient transférés vers des prisons en Catalogne - idem pour le Pays Basque - "pour qu'ils soient plus près de leurs familles et de leurs avocats, parce que le droit à la défense doit pouvoir s'exercer".

Avec cette déclaration, Pedro Sanchez veut satisfaire les partis basques et catalans qui l'ont aidé à accéder au pouvoir le 2 juin dernier. Mais c'est surtout la première fois qu'un chef de gouvernement espagnol se dit favorable au rapprochement des prisonniers.

En France, une cinquantaine de militants basques sont incarcérés. Douze ont été rapprochés dans le sud ouest depuis le désarmement d'ETA. - Radio France
En France, une cinquantaine de militants basques sont incarcérés. Douze ont été rapprochés dans le sud ouest depuis le désarmement d'ETA. © Radio France - Oihana Larzabal

Ce rapprochement est une demande de longue date des artisans de la paix, après le désarmement et la dissolution de l'ETA. Actuellement, quatre prisonniers sont incarcérés au Pays Basque et 224 sont dispersés dans le reste de l'Espagne.

En France, une cinquantaine de militants basques sont incarcérés. Depuis le désarmement de l'ETA (en avril 2017), douze ont été rapprochés dans le sud ouest. La semaine dernière, la justice française a retiré le statut de DPS (détenu particulièrement signalé) à cinq prisonniers.