Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le premier procès pénal du Mediator s'ouvrira le 23 septembre

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Le procès au pénal du scandale sanitaire du Mediator s'ouvrira le 23 septembre devant le tribunal de grande instance de Paris et durera six mois. Ce médicament était fabriqué par Servier à Gidy (Loiret). Retiré de la vente depuis 2009, il est accusé d'avoir provoqué de graves lésions cardiaques.

Médiator
Médiator © Radio France

Le premier procès pénal du Mediator débutera le 23 septembre, devant le tribunal de grande instance de Paris. Le Mediator, antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim, a été fabriqué durant plus de trente ans par les laboratoires Servier, à Gidy, dans le Loiret. Retiré de la vente en 2009, il est accusé d'avoir provoqué de graves lésions cardiaques chez certains patients. Il pourrait être responsable à terme de 500 à plus de 2.000 morts

Six mois de procès, 4.000 parties civiles

Les audiences de ce procès hors normes sont prévues pour durer six mois, à raison de quatre demi-journées par semaine. 4.000 parties civiles sont attendues, et plus de 400 avocats. Une vingtaine de prévenus, personnes physiques et morales dont le laboratoire Servier, sont poursuivis pour tromperie, prise illégale d'intérêt, blessures et homicides involontaires.

Un procès sans précédent ?

Pour l'avocate orléanaise Martine Verdier, contactée par France Bleu Orléans, "c'est une étape de plus dans un long processus judiciaire". Cette dernière défend environ 80 victimes du Mediator, dont une vingtaine vivent dans le Loiret. "Je n'ai pas connaissance d'un précédent [procès] de cette ampleur", explique, sur France Info, un autre avocat, François de Castro, qui défend les laboratoires Servier. 

D'autres procès du Mediator au pénal à l'avenir ?

On parle de "premier procès au pénal", car il pourrait y en avoir un deuxième et un troisième : de nombreux dossiers individuels de patients ayant pris du Mediator sont actuellement étudiés par les juges dans le cadre de l'instruction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess