Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le premier producteur français de champignons condamné à Lille pour tromperie

-
Par , France Bleu Nord

La société nordiste La Gontieroise et l'un de ses dirigeants ont été condamnés ce vendredi pour tromperie devant le tribunal correctionnel de Lille. Entre novembre 2017 et mars 2018, 162 tonnes de champignons polonais ont été vendues comme production entièrement française.

Photo d'illustration de champignons de Paris
Photo d'illustration de champignons de Paris © Maxppp - Sebastien JARRY

Lille, France

La société La Gontièroise implantée à Comines (Nord) et l'un de ses dirigeants ont été condamnés ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Lille pour tromperie et absence de traçabilité sur les champignons produits. Entre novembre 2017 et mars 2018, plus de 160 tonnes champignons polonais ont été vendues comme des champignons d'origine française. C'est une visite de la Direction départementale de la Protection des populations qui a déclenché l'affaire. La Gontieroise devra payer une amende de 10.000 euros pour le délit de tromperie.

Une bactérie au cœur du problème

"J'ai une explication, on a été débordé."  La voix posée et déterminée, Didier Motte, la soixantaine prend le président du tribunal à témoin : "Je vous pris de me croire, nous avons eu un problème brutal de production." Tout au long de sa prise de parole, le chef d'entreprise a expliqué comment, à la fin 2017, une bactérie a décimé sa production et comment il a dû faire face à la pression des grandes et moyennes surfaces. Elles désiraient d'avantage de produits labialisés "origine France". Didier Motte propose alors à ses clients de garantir une livraison mais avec des champignons polonais. Les centrales d'achats refuseront. Les champignons polonais sont alors mélangés aux français et vendus comme production 100% tricolore. "On a fait une erreur mais c'était pour garder nos clients, les centrales d'achats" se défendent les gérants même si pour le procureur : "il y a avait bien une volonté de tromper le consommateur".

"Ce n'est pas une opération commerciale mais simplement pour garder nos clients" - Didier Motte, gérant de la Gontieroise

Le procès des grandes surfaces ?

Tout au long de sa plaidoirie l'avocat de la défense a tenté de justifier la présence de champignons polonais sous l'étiquette origine tricolore durant ces cinq mois, de novembre 2017 à mars 2018. Pour Maître Cormont : "il n'y avait pas intention délibérée de nuire mais surtout l'envie de s'en sortir face à la pression des centrales d'achats."  Le Président du tribunal le coupe : "n'essayez pas de transférer la responsabilité sur les autres."

"Non mais ici vous êtes face à des agriculteurs" lui répond l'avocat de la défense qui a relativisé au cours du procès les 162 tonnes de champignons polonais, une part "infime" par rapport à la production de la Gontieroise selon Jean-François Cormont. Des propos appuyés par son client, Didier Motte qui a réclamé à la barre la clémence du tribunal. Le chef d'entreprise a promis que tous les problèmes sont aujourd'hui résolus notamment grâce à l'embauche de trois personnes pour améliorer les problèmes de traçabilité. Il a finalement été condamné à 2.000 euros d'amende pour le délit de tromperie.

"Vous êtes face à des agriculteurs" - Maître Cormont, avocat de la défense

La société a également été condamnée à 3.500 euros pour des problèmes de traçabilité et absences d'indications obligatoires sur les factures. Didier Motte écope d'une amende de 700 euros pour les mêmes faits. L'autre dirigeant de la société également poursuivi a quant à lui été relaxé. Grégoire Motte n'était pas encore aux commandes de la Gontieroise entre novembre 2017 et mars 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu