Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le président de l'université de Strasbourg menacé de mort dans un tag

jeudi 5 avril 2018 à 18:50 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Michel Deneken, le président de l'université de Strasbourg, a été visé par un tag incitant au meurtre. Il a été découvert jeudi matin sur un bâtiment du campus. Aucun plainte n'a été déposée.

Michel Deneken, président de l'université de Strasbourg.
Michel Deneken, président de l'université de Strasbourg. © Maxppp - Dominique Gutekunst

Strasbourg, France

Le président de l'université de Strasbourg, Michel Deneken visé par des tags incitant au meurtre. Ils ont été découverts jeudi matin sur l'un des bâtiments du campus et aussitôt effacés

C'est la deuxième fois que de telles inscriptions menacent Michel Deneken qui n'a pas souhaité porté plainte. Sophie Béjean, rectrice de l’académie de Strasbourg, chancelière des universités d’Alsace, condamne fermement jeudi soir ces agissements dans un communiqué. "Rien ne justifiera jamais de telles attaques qui n’ont pas leur place dans les universités, lieux de débat d’idées, de respect et de dialogue et qui doivent le rester". Plusieurs élus strasbourgeois ont également réagi sur les réseaux sociaux.  

Un contexte tendu

Ces menaces interviennent dans un contexte tendu. Le Palais universitaire a été évacué mercredi soir à Strasbourg par les CRS, pour la deuxième fois en deux semaines. Les étudiants avaient voté son occupation nocturne. Ils sont une petite centaine à s'opposer notamment à la sélection à l'entrée de l'université. Le Premier ministre, Edouard Philippe a assuré que les examens auraient bien lieu dans les facultés même si certains campus sont toujours occupés.