Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le président de la Société de pêche de Grandvillars roué de coups

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Ce samedi soir, le président de la Société de pêche de Grandvillars, Bernard Marin, a été violemment frappé au bord de l'étang géré par l'association. Il raconte avoir été agressé alors qu'il venait de demander à un groupe de jeunes en train de boire sur le site, de ramasser leurs bouteilles.

Bernard Marin a un traumatisme crânien, le nez fracturé, la mâchoire déboîtée et des dents cassées
Bernard Marin a un traumatisme crânien, le nez fracturé, la mâchoire déboîtée et des dents cassées - Océane Marin

Grandvillars, France

Son visage est encore tuméfié. Bernard Marin reste très choqué 3 jours après les faits. Samedi soir un peu après 22h30, le président de la Société de pêche de Grandvillars rentre de chez des amis avec son épouse et comme à son habitude, il va faire un tour du côté de l'étang pour jeter un œil (l'étang appartient à la commune mais est géré par l'association). Très régulièrement le matin, il ramasse des bouteilles sur le site et ce soir-là il tombe sur un groupe de jeunes en train de boire autour de l'étang. 

Trois coups de pieds en pleine figure

"Je leur ai seulement dit de ramasser leurs bouteilles pour qu'on n'ait pas à les ramasser le lendemain, et je me suis fait insulter par un des jeunes, raconte Bernard Marin. Il m'a dit : "Espèce de gros con, l'étang est pas à toi, c'est à la commune. On fait ce qu'on veut." Alors je me suis fâché, je l'ai pris par le col et je l'ai secoué un peu pour lui faire peur. Et là il m'a mis un coup de poing. L'herbe était mouillée, alors j'ai glissé. Et il m'a fini à coups de pieds dans la figure. J'ai pris trois coups de pieds en pleine face quand j'étais à terre.

Bilan : un traumatisme crânien, le nez fracturé, la mâchoire déboîtée et des dents cassés. "Là, ça fait trois jours que je ne mange pas parce que je ne peux plus mâcher", poursuit Bernard Marin, "et j'ai peur d'aller pêcher seul." Nadine Marin, son épouse, très choquée, a dû, elle aussi, être transportée par les pompiers : "Depuis, j'ai les images qui défilent. J'ai peur de les croiser. On les connaît. On sait qui c'est."

Bernard Marin et son épouse trois jours après l'agression - Radio France
Bernard Marin et son épouse trois jours après l'agression © Radio France - Soline Demestre

Les gendarmes se sont rendus sur place juste après l'agression. Ils ont recueilli les témoignages et les identités des différents protagonistes, sans procéder pour l'instant à des interpellations. L'auteur des coups aurait reconnu les violences. L'enquête se poursuit pour préciser le déroulement exact des faits.

Bernard Marin et son épouse ont rendez-vous ce jeudi matin pour déposer plainte en gendarmerie.

Choix de la station

France Bleu