Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le prêtre niçois accusé d'agressions sexuelles remis en liberté sous contrôle judiciaire

jeudi 6 décembre 2018 à 7:42 Par Sébastien Germain et Marion Chantreau, France Bleu Azur et France Bleu

Le prêtre niçois mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs a obtenu sa remise en liberté sous contrôle judiciaire, ce mercredi.

Illustration Justice Radio France
Illustration Justice Radio France © Radio France - Radio France

Nice, France

Le prêtre niçois obtient sa remise en liberté sous contrôle judiciaire. Il est mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs. Il a 62 ans et était en détention provisoire depuis le 22 novembre. La chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence a ordonné sa libération sous contrôle judiciaire. Une audience réunissait ce mercredi 5 décembre entre les différentes parties. Six plaintes formelles ont été déposées à ce jour contre cet ancien aumônier et curé de Nice. 

Les avocats du prêtre ont fait appel de son incarcération, ils ont obtenu gain de cause. En échange d'une caution de 50 000 euros, ce prêtre, désormais suspendu, pourra recouvrer la liberté d'ici le 15 décembre. Il fera toutefois l'objet d'un contrôle judiciaire strict. Il devra fixer sa résidence dans les Hauts-de Seine, se présenter une fois par semaine au commissariat, interdiction de se rendre à Nice, sauf convocation judiciaire. Il n'a pas le droit d' entrer en contact avec les plaignants, et ne peut exercer d'activité en lien avec des mineurs. Le parquet estimait son incarcération nécessaire afin de protéger la parole des victimes et d'encourager la libération de cette parole.