Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une jeune femme jugée pour des violences à la sortie d'un bar de nuit à Pau

mardi 28 novembre 2017 à 19:09 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Inès, 25 ans, a nié à l'audience avoir donné un coup de tête à Alexandre. Un coup qui l'a projeté à terre. Sa chute a provoqué un gros traumatisme crânien dont il garde de lourdes séquelles.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Le tribunal correctionnel de Pau a jugé ce mardi une jeune femme de 25 ans. Inès vit à Pau. Elle comparaissait pour des violences commises en avril 2016. Un homme a été frappé dans la nuit aux abords du "Boga Boga", un bar de nuit du centre-ville. Un coup qui l'a fait tomber à terre. Sa chute a provoqué un gros traumatisme crânien. Ses jours ont été en danger et il en garde de lourdes séquelles encore aujourd'hui. À l'audience, la jeune femme a nié être l'auteure de ces violences.

L'histoire de deux amnésies

Il y a celle d'Inès. C'est l'amnésie alcoolique. Elle fêtait son anniversaire et elle avait beaucoup bu. Et elle ne se souvient pas avoir frappé Alexandre. Et elle est sûre que non. Pourtant quand la police est arrivée sur place ce soir là, elle a dit: "c'est moi, c'est pas lui". Lui, c'est son compagnon avec lequel elle se disputait. Une dispute violente. C'est pour cela qu'Alexandre est intervenu. Pour la protéger elle. À l'audience, Inès a montré caractère fort. Elle a les bras croisés. Elle ne se tient pas à la barre. Elle a la voix cassée. Elle est athlétique même si elle n'est pas grande. D'ailleurs les policiers qui l'ont interpellée racontent qu'ils ont dû s'y mettre à deux pour l'emmener au poste.

Pas de témoin des violences

Il n'y a pas de témoin des violences, juste des gens qui l'ont vu après, surexcitée. Il y a aussi la réputation d’Inès, déjà condamnée à huit reprises, dont plusieurs fois pour des violences. Mais à l'audience, elle n'en démord pas. Elle se tourne même vers Alexandre pour lui dire : "faut pas me regarder comme si j'étais la cause de tout ton malheur. Je n'y suis pour rien". Le malheur d'Alexandre, c'est son amnésie à lui. Elle est médicale celle là. Il n'a plus ni goût ni odorat. Il ne se souvient même plus de la naissance de son fils, et encore moins de qui l'a frappé ce soir là.

Me Michèle Karoubi, l'avocate d'Alexandre - Radio France
Me Michèle Karoubi, l'avocate d'Alexandre © Radio France - Daniel Corsand

Me Karoubi raconte les séquelles d'Alexandre depuis l'agression

Le parquet a demandé 5 mois de prison fermes. Une peine couverte par la prison préventive qu’Inès a déjà exécutée. Le juge rendra sa décision le 19 décembre.