Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le procès à Pau de l'ancien professeur de l'institut Beaulieu à Salies : le récit de Valérie, une des victimes de viols

jeudi 21 juin 2018 à 20:23 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

TEMOIGNAGE - Valérie Ferry a passé cinq ans à l'institut Beaulieu. Elle est arrivée à 7 ans et demi en souffrance puisque victime de maltraitance familiale. 33 ans après les faits, elle a raconté à la cour sa souffrance ce jeudi.

Valérie devant l'entrée de la salle d'audience des assises
Valérie devant l'entrée de la salle d'audience des assises © Radio France - Daniel Corsand

Salies-de-Béarn, France

Ce vendredi soir la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques va rendre son verdict dans l'affaire de l'Institut Beaulieu de Salies. Depuis ce lundi, Pierre Morié, 83 ans, est jugé pour viols et agressions sexuelles sur six élèves. Des faits commis entre 1985 et 1992. Ce jeudi la cour a fini d'entendre le vieil homme et aussi les victimes et les témoins. La journée s'est terminée par les plaidoiries des avocats de la parties civiles. Les six victimes de ce dossier.

Valérie Ferry est une des deux qui auraient été violées par l'ancien enseignant. Aujourd'hui encore elle souffre de ce qu'elle a subi. Après son passage à Beaulieu, elle a souffert d’anorexie longtemps. Elle a dû également se battre contre l'alcool. Maintenant, elle est mariée. Elle a des enfants. Ses problèmes les plus graves sont derrière elle, mais ce dossier reste pour elle un fardeau, au quotidien. Elle a confié son témoignage à France Bleu Béarn.