Faits divers – Justice

Le procès Bettencourt en 10 citations (1re partie)

Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde lundi 23 février 2015 à 6:23

Liliane Bettencourt : "je ne suis pas une caissière"
Liliane Bettencourt : "je ne suis pas une caissière" © Maxppp

ENTENDU AU PROCÈS BETTENCOURT. A Bordeaux, le volet "abus de faiblesse" du procès Bettencourt entre dans sa dernière ligne droite. Après les plaidoiries des parties civiles et les réquisitions, il se refermera cette semaine, sur les plaidoiries de la défense. Retour sur ces quatre semaines de débat en dix citations – parfois étonnantes – entendues à l'audience.

Le procès Bettencourt en 10 citations, 2e partie

Pendant le procès Bettencourt, il a d'abord beaucoup été question de la grande absente lors des débats, "Madame B.", comme elle a été rebaptisée à plusieurs reprises lors des débats. L’absente a pu être entendue, grâce aux enregistrements réalisés par son majordome, qui ont alimenté l’enquête et l'instruction.

"Je ne suis pas une caissière" (Liliane Bettencourt)

Cette phrase, elle l’a prononcée devant son juge des tutelles. Durant l’audience, les sommes évoquées par les uns et les autres ont fait tourner les têtes : 6.000 euros pour le salaire du chauffeur, 18.000 pour le cuisinier ou 40.000 par mois pour le médecin. L’héritière de l’Oréal est généreuse, dit-on : "10.000 euros pour le bébé Cadum de la pub de l’Oréal devenu grand " qu’elle a revu 40 ans plus tard. Et à Neuilly, les coffres de "Madame et Monsieur ont leurs réserves ", en plus des 50.000 euros retirés par semaine.

Au point que le tribunal finisse par se demander ce que représente un million d’euros en liquide ? "Une grosse brique de lait ". "Quand on s’appelle Bettencourt, on n’aide pas avec une boîte de chocolat " résume le professeur Brücker ami de François-Marie Banier appelé à donner son avis sur la santé de la milliardaire.

"Banier est un escroc, un jour il y aura un procès. Nous y voilà" (Françoise Meyers)

Françoise Meyers : "Banier est un escroc, un jour il y aura un procès. Nous y voilà" - Maxppp
Françoise Meyers : "Banier est un escroc, un jour il y aura un procès. Nous y voilà" © Maxppp

La fille de Liliane Bettencourt "qui était, petite , dit-elle, telle la moule accrochée au rocher " en parlant de sa mère, cite, son père André, avec cette phrase, qu’il a prononcée quelques jours avant de mourir en 2007.

La plainte de la fille de l’héritière de l’Oréal est le point de départ de cette affaire tentaculaire, avec une cible privilégiée, François-Marie Banier : "La devise de Banier, ce n’était pas diviser pour régner mais briser toute une famille pour régner ". Cette femme, grande, élancée, portant un foulard différent à chaque jour d’audience et cachée derrière de grosses lunettes noires, arrive chaque matin au palais de justice de Bordeaux, toujours très protégée par des gardes du corps, et entourée de ses deux fils. Face caméras et micros, elle explique au début du procès : "avec mes enfants nous espérons réussir ce combat ".

"Elle m’a dit : ta mère m’embête parce que j’ai donné 1 million à Banier. C’était 1 milliard" (Jean-Victor Meyers)

Jean-Victor Meyers : "Elle m’a dit : ta mère m’embête parce que j’ai donné 1 million à Banier. C’était 1 milliard" - Maxppp
Jean-Victor Meyers : "Elle m’a dit : ta mère m’embête parce que j’ai donné 1 million à Banier. C’était 1 milliard" © Maxppp

Quel est l’état de santé de Liliane Bettencourt ? Question centrale de ce procès. "Elle est dans son monde " pour son tuteur Olivier Pelat. "Il y a des jours pairs et impairs " selon son notaire Patrice Bonduelle en 2010/2011. "Une coquille vide " selon les experts psy. Son petit-fils Jean-Victor, lui, à la barre, en a dressé un portrait tendre mais lucide : "oui, elle déraille et ça va crescendo ". En 2011, alors hospitalisée à l’hôpital de Neuilly, elle lui confie : "j’ai bien fait d’acheter cet immeuble, la vue est très bien ".

"À l’Oréal, ils auraient gardé une dingue depuis 2003 ? C’est insensé !" (François-Marie Banier)

François-Marie Banier : "A l’Oréal, ils auraient gardé une dingue depuis 2003 ? C’est insensé !" - Maxppp
François-Marie Banier : "A l’Oréal, ils auraient gardé une dingue depuis 2003 ? C’est insensé !" © Maxppp

Quelles étaient les relations exactes entre celui qui est tantôt présenté comme un dandy qui l’amusait, tantôt un gourou, et l’héritière de l’Oréal ? "Des relations taboues pour tout le monde, comme celles de vieux monsieur qui ont de très jeunes femmes " confie Patrice de Maistre, l’ex-gestionnaire de fortune. "Un homme qui la fascinait jusqu’à l’hébétude " selon Lucienne de Rozier, une amie de longue date de la milliardaire. "Une midinette " face à lui renchérit une autre amie. Elle en a fait son légataire universel dans son testament. Sur l’acte, le notaire maître Normand a écrit "une connerie ".

"C’est pour Eric Woerth, je dois le voir, c’est pour la campagne de Nicolas Sarkozy" (Claire Thibout)

Claire Thibout : "C’est pour Eric Woerth, je dois le voir, c’est pour la campagne de Nicolas Sarkozy" - Reuters
Claire Thibout : "C’est pour Eric Woerth, je dois le voir, c’est pour la campagne de Nicolas Sarkozy" © Reuters

C’est l’ex-comptable qui a fait planer l’ombre de l’ex-président de la République dans le tribunal. Entendue depuis le TGI de Paris en visio-conférence, elle apparaît, sur l’écran, marquée, au bord de la crise de nerfs, "sous médicaments à cause de cette affaire depuis 8 ans ". Sa voix part dans les aigus dès que sa parole est mise en doute. "J’en suis sûre, j’en suis certaine ", elle le répète: une ou des enveloppes d’argent liquide ont été données par Patrice de Maistre à Eric Woerth début 2007, et c'était pour la campagne présidentielle. Capable de balancer aussi avec sa gouaille de titi parisienne que la question d’une avocate est "totalement inintéressante ".

LIRE LA SUITE : Le procès Bettencourt en 10 citations, 2e partie

À LIRE AUSSI

Notre dossier sur l'affaire et le procès Bettencourt à BordeauxDix questions autour du procès Bettencourt à BordeauxLe procès Bettencourt à Bordeaux : chronologie de l'affaire