Faits divers – Justice

Accident mortel sur l'autoroute A2 : trois jeunes jugés pour avoir jeté des sacs de gravats

Par Odile Senellart, France Bleu Nord et France Bleu jeudi 26 janvier 2017 à 8:26

Les 3 accusés ont jeté au total 8 sacs de gravats sur l'A2
Les 3 accusés ont jeté au total 8 sacs de gravats sur l'A2 © Maxppp - Maxppp

Trois jeunes sont jugés à partir de ce jeudi devant les assises du Pas-de-Calais pour avoir tué le 31 juillet 2014 une touriste allemande en jetant des sacs de gravats du haut d'un pont qui enjambe l'autoroute A2 au niveau d'Havrincourt, près de Cambrai.

Deux des trois jeunes qui comparaissent devant les assises à Saint-Omer encourent la réclusion à perpétuité pour ce qui devait être un "amusement" selon eux et qui a tourné au drame. L'affaire survenu dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2014 avait suscité une vive émotion. Les trois jeunes, âgés à l'époque des faits de 19, 22 et 26 ans et originaires de Havrincourt et de Rouvroy, sont accusés d'avoir provoqué la mort d'une touriste allemande en jetant des sacs de gravats de 10 kilos sur l'autoroute A2 du haut d'un pont.

Ce jour-là, les trois amis "s'amusent" à rassembler des sacs de gravats de 10 kilos chacun qui servent habituellement à stabiliser des panneaux routiers.

Ils voulaient "s'amuser à faire peur aux automobilistes"

Sur la route les ramenant de Rouvroy à Havrincourt, ils ont chargé ces sacs dans le coffre de la voiture avant de les déposer près du pont qui enjambe l'autoroute. Sur la route les ramenant de Rouvroy à Havrincourt, ils chargent ces sacs dans le coffre de la voiture avant de les déposer près du pont qui enjambe l'autoroute. Après avoir garé la voiture dans le centre du village, ils reviennent sur leurs pas, "pour s'amuser", diront ils lors de leur interpellation, "S'amuser à faire peur aux automobilistes".

Si les premiers jets sont sans conséquence, le jeu prend une toute autre tournure quand ils décident de viser les véhicules qui passent en contrebas. Tandis que l'un des trois décide de rentrer chez lui, les deux autres continuent. Touché au niveau à l'avant de son camion, un routier belge évite l'accident de justesse. Il immobilise son poids lourd après plusieurs embardées. Derrière lui, le pare brise de la camionnette d'un automobiliste allemand vole en éclats et sa compagne, assise à ses côtés, ne survit pas à ses blessures et aux multiples coupures provoquées par les éclats de verre.

Ni témoins ni empreintes

Pas de témoins, pas d'empreintes, aucune trace qui mettrait les gendarmes sur une piste quelconque. C'est un long travail d'enquête, d'auditions multiples et de traçage des téléphones portables qui conduit finalement les enquêteurs jusqu'aux trois hommes qui comparaissent à partir de ce mercredi devant les assises du Pas de Calais. Le verdict est attendu le mercredi 1er février.