Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le procès d'un "saucissonnage" devant le tribunal correctionnel d'Orléans

mardi 13 février 2018 à 20:05 Par Eric Normand et Patricia Pourrez, France Bleu Orléans

Deux hommes de 28 et 30 ans étaient jugés pour avoir séquestré et ligoté à son domicile un notaire orléanais dans le but de le cambrioler. Les faits remontent à décembre 2016, à Saint-Jean-le-Blanc.

Le notaire a été violemment agressé en 2016
Le notaire a été violemment agressé en 2016 © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

Deux hommes de 28 et 30 ans comparaissaient mardi devant le tribunal correctionnel d'Orléans pour avoir séquestré et ligoté un notaire orléanais. Les individus voulaient le cambrioler à son domicile. Cela s'est passé en décembre 2016, à Saint-Jean-le-Blanc.

Une soirée de cauchemar

De cette soirée cauchemardesque, Yvan Louéssard en garde encore une cicatrice sur la joue, un coup de couteau asséné par l'un de ses  agresseurs. Ce soir du 29 décembre 2016, 2 individus, portant bonnet et masque de ski, pénètrent chez lui de force. Le notaire est frappé au visage et à la tête. Il est ensuite ligoté aux pieds et aux mains, il a également perdu deux dents. Sa fille d'une vingtaine d'années est aussi attachée. Les deux cambrioleurs dérobent des sacs, des bijoux et deux montres Rolex. Ils récupèrent aussi la carte bleue du notaire et repartent avec sa BMW. 

Les relations douteuses de la fille du notaire

Très vite, la police judiciaire se met sur l'affaire et épluche les réseaux sociaux de la fille. Elle est en relation avec 2 individus pas très fréquentables dont l'ADN est retrouvé dans la maison du Notaire. Radouane et Smaïl sont interpellés. Le premier reconnait le cambriolage mais pas les violences. "Cela ne devait pas se passer comme ça, on n'a pas été pas été pros," lâche t-il naïvement devant le tribunal. Son complice présumé, lui, nie tout en bloc et quand les juges lui fait remarquer que son ADN a été retrouvé sur une bouteille de  porto dans la cuisine du notaire. Il réplique : "vous savez, le laboratoire peut se tromper." Pour la procureure, "il n'y a pas pourtant pas de mystère mais seulement des faits d'une extrême violence qui appellent une peine lourde." Le parquet réclame 9 ans de prison pour les 2 hommes.

Fin du procès mercredi

Le procès va se poursuivre mercredi après midi avec les plaidoiries de la défense et le jugement. Mardi soir, l'audience a du être interrompue en raison d'un problème technique. L'un des prévenus était en visio-conférence depuis un hôpital parisien et la liaison a été coupée.