Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Une mère indigne avait affamé sa fillette à Dijon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu

La fillette de 5 ans a été privée de nourriture et d'attention de 2011 à 2014. Son pronostic vital était engagé lors de son hospitalisation. Sa mère avait une stratégie pour éviter toutes les recommandations. La vice-procureur a réclamé un an de prison et deux ans avec sursis.

La salle d'audience du tribunal de grande instance de Dijon
La salle d'audience du tribunal de grande instance de Dijon © Radio France - Philippe Paupert

Dijon, France

Pendant plusieurs années, de 2011 à 2014, une mère avait privé sa fille de nourriture et de soins. Début février cette année, cette mère de quatre enfants avait eu le courage de venir "grâce à l'alcool et la drogue" selon la vice-procureur mais un malaise en plein réquisitoire avait renvoyé le procès. On a "frôlé les assises" pour l'avocate de la protection maternelle et infantile du département de la Côte-d'Or car la fillette était tellement dénutrie qu'à son arrivée à l’hôpital de Dijon, son pronostic vital était engagé

Elle manquait de potassium, indispensable pour le muscle cardiaque. La mère avait développé une stratégie pour écarter toutes les mises en garde des médecins, éducateurs ou enseignants qui avaient signalé cette fillette en haillons tellement affaiblie qu'elle ne marchait plus, articulait à peine et dévorait les goûters à l'école. Aujourd’hui rétablie, elle souffre de séquelles psychiatrique et voit sa mère deux heures par mois. Les trois autres enfants sont pris en charge par leurs grands parents. 

Le tribunal de grande instance de Dijon rendra son jugement le 20 mai.

Manque de nourriture et isolement sensoriel

L'avocate de la protection maternelle et infantile du département de la Côte-d'Or, Marie Christine Klepping, explique que l'enfant était empêchée de grandir par l'abandon de sa mère. Ce syndrome de nanisme psycho-affectif a été évoqué par l'avocate au tribunal : "des enfants peuvent refuser de grandir quand ils sont dans un contexte familial qui n'est pas sécurisé. Elle a souffert de son isolement sensoriel, d'une absence de câlins".

Marie-Chritisne Keppling "dire aux enfants qu'on a entendu ta parole et qu'on te protège"

Retirer l'autorité parentale pour aider la fillette

Le retrait de l'autorité parentale a été demandé par l'avocate de la protection maternelle et infantile du département de la Côte-d'Or. Pour Marie Christine Klepping, c'est "dire aux enfants 'on a cru à ta parole, on te protège. Ces gens-là n'ont pas droit de décider de ton devenir.' Ça a des incidences dans son quotidien de petite fille car elle a des difficultés d'apprentissage. Il faut l'aider à se construire".