Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le procès de quatre braconniers dans les calanques de Marseille

mardi 3 juillet 2018 à 18:34 Par Emilie Briffod, France Bleu Provence

Quatre braconniers sont jugés ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Marseille pour s'être livré pendant plusieurs années à un pillage des eaux du parc national des calanques.

Calanque de Marseille
Calanque de Marseille © Maxppp -

Marseille, France

Un procès hors norme s'ouvre ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Marseille. Quatre braconniers poursuivis pour travail dissimulé et blanchiment de travail dissimulé en bande organisée, pêche maritime dans une zone interdite et mise sur le marché par un établissement non agréé, de produits d'origine animale destinés à la consommation humaine. 

Des interpellations après un long travail d'enquête

Après un long travail d'enquête de la police et de la gendarmerie, les braconniers ont été interpellés à l'automne 2015.  Pendant plusieurs années, ils ont pêché illégalement 24 000 oursins, des milliers de coquillages, plus de 100 kg de mérous, 125 kg de poulpes et 146 kg de poissons. Des poissons revendus à des poissonniers et des restaurateurs marseillais. Des pillages qui leur auraient rapporté plus de 166 000 euros.  

Le parc national des calanques s'est porté partie civile

Le parc national des calanques est partie civile et demande notamment la réparation du préjudice écologique estimé à 450 000 euro ainsi qu'une atteinte à son image. 3 associations sont également partie civile : Sea Shepherd, France Nature Environnement Paca et Bouches-du-Rhône, ainsi que le Comité régional Paca des pêches maritimes et des élevages marins.