Faits divers – Justice

À Avignon, le procès de l'ironie autour de propos de Manuel Valls

Par Aurélie Lagain et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse jeudi 28 janvier 2016 à 10:52

Bernard Mezzadri à son procès
Bernard Mezzadri à son procès © Radio France - Philippe Paupert

Un professeur de l'université d'Avignon est accusé de provocation à la discrimination. En cause, un courriel interne dans lequel il cite des propos racistes tenus par Manuel Valls en 2009 sur les "blancos".

Au tribunal correctionnel d'Avignon, mercredi, le procès d'un enseignant de l'université d'Avignon et des pays de Vaucluse a été davantage un "débat d'idées, qu'un débat pénal" selon le procureur.

Un professeur de grec et latin est accusé de provocation à la discrimination. En mai dernier, il avait répondu à un courriel du président de l'université en utilisant les propos de Manuel Valls sur "les white et les blancos". L'enseignant rétorque qu'il s'agit d'ironie. Le procureur a demandé 2 000 euros d'amende. Le tribunal rendra sa décision le 10 février.

Devant les juges, l'enseignant a expliqué qu'il avait repris les mots "white" et "blancos" pour doucher l'enthousiasme du président de l'université qui allait accueillir le Premier ministre. Bernard Mezzadri a donc cité, entre guillemets, le maire d'Evry de 2009.

Bernard Mezzadri

"Je pense que ces propos sont odieux, parfaitement scandaleux et qu'il est tout à fait légitime de les condamner. C'est ce que je voulais faire dans mon message, en usant précisément de l'ironie. Si quelqu'un doit être poursuivi, ce que je souhaiterais vivement, c'est évidemment Manuel Valls." (Bernard Mezzadri)

Bernard Mezzadri - Radio France
Bernard Mezzadri © Radio France - Philippe Paupert

"Poursuivre pour propos racistes un homme qui dénonce le racisme, un militant de longue date, c'est une erreur. On inverse la signification des mots. C'est un procès qui n'aurait pas dû avoir lieu. Ce sont les libertés publiques qu'on assassine. Bernard Mezzadri est un lanceur d'alerte." (Me Henri Braun, avocat de Bernard Mezzadri)

Henri Braun

Le procureur de la République d'Avignon confirme que ces propos sont "odieux". Il avait été saisi par le président de l'université. Le procureur redoute que le débat se banalise et que d'autres ne saisissent pas l'humour. Il demande 2 000 euros d'amende pour l'enseignant.

"Les propos qui ont été tenus l'ont été dans le cadre universitaire par quelqu'un qui a un devoir de réserve en tant que professeur. Ces propos vont au-delà de l'ironie, ils entrent dans l'outrance." (Patrick Gontard, avocat du président de l'université)

Me Patrick Gontard, au micro de Philippe Paupert

Une pétition a rassemblé plus de 10 000 signatures pour soutenir l'enseignant qui demande 5 000 euros de dommages et intérêts. Il annonce qu'il les versera à l'université.

Manifestation de soutien à Bernard Mezzadri devant le palais de justice d'Avigno - Radio France
Manifestation de soutien à Bernard Mezzadri devant le palais de justice d'Avigno © Radio France - Philippe Paupert