Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'affaire des lames de rasoir envoyées à des personnalités du monde taurin devant la justice

mardi 26 juin 2018 à 6:55 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Occitanie et France Bleu

Deux quadragénaires, proches du milieu anti-corrida, comparaissent ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes. En février 2017, cet homme et cette femme de l'Hérault et du Tarn-et-Garonne, ont envoyé une dizaine de lettres piégées aux lames de rasoirs à des personnalités du monde taurin.

Ysabelle Castor, prèsidente du club taurin Juan Bautista.
Ysabelle Castor, prèsidente du club taurin Juan Bautista. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Le procès des lames de rasoirs envoyées par courrier s'ouvre ce mardi. Une audience du tribunal correctionnel de Nîmes examine le cas de deux quadragénaires originaires de l’Hérault et du Tarn-et-Garonne, un homme et une femme, proches du milieu abolitionniste. En février 2017, ils ont envoyé une dizaine de lettres contenant des lames de rasoirs à Alès, Nîmes, Rodilhan, Arles, Béziers ou Bordeaux à des personnalités du monde taurin dont Julien Lescarret, Lucette Brodéro de Simon Casas Production ou André Viard de l'ONCT (Observatoire national des cultures taurines). 

Des lettres piégées clairement envoyées pour blesser

Lors de leur interpellation et leur présentation devant la justice en mars dernier, les deux militants avaient clairement revendiqué des actes faits pour blesser. A l'époque, le parquet de Nîmes évoquait des violences aggravées, blessures volontaires avec préméditation et en réunion. Des faits lourdement sanctionnés. Finalement, la justice leur reproche des violences volontaires sans interruption de travail, soit une peine de 750 euros multipliée par le nombre de partie civile, une dizaine.

Ysabelle Castor, destinataire de deux lettres piégées en février 2017.

Des militants de la cause abolitionniste très actifs selon l'ONCT

Une bonne dizaine d'années d'activisme pour l'Héraultais notamment qui s'était fait "tamponner" par un novillo de l'élevage de Miura dans les arènes de Carcassonne. Il serait aussi, toujours selon l'Observatoire national des cultures taurines, de ceux qui avaient tenté de faire sortir du coral d'Arles des taureaux ou qui auraient jeté des clous en piste pendant le paséo à Béziers. Dernier fait d'arme, il ferait partie des six individus qui avaient bombé à la peinture rouge le cavalier Andy Cartagèna à Palavas.