Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le procès des pilleurs présumés de pièces gauloises encore renvoyé

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une QPC déposée... et le tribunal correctionnel de Dijon a renvoyé pour la troisième fois le procès des cinq hommes accusés d'avoir déterré et vendu 2.000 pièces gauloises en argent.

Procès des 2.000 deniers gaulois : Maître Sylvain Champloix (à droite sur la photo) a déposé une QPC
Procès des 2.000 deniers gaulois : Maître Sylvain Champloix (à droite sur la photo) a déposé une QPC © Radio France - Aude Raso

C'est un nouveau rebondissement dans cette affaire... et il est plutôt inattendu ! Le procès des cinq pilleurs présumés de pièces gauloises devant le tribunal correctionnel de Dijon a été renvoyé au 18 septembre . C'est déjà le troisième renvoi dans cette affaire. Sur les cinq prévenus, quatre sont accusés d'avoir déterré puis vendu 2000 pièces en argent datant de l'époque gallo-romaine . Ils les avaient découvertes dans un champ de Laignes en 2012. Le cinquième est un retraité soupçonné d'avoir acheté une partie des pièces.

Une QPC déposée autour d'un article du Code du patrimoine

Mais cette fois rien à voir avec un problème de procédure. L'un des avocats des prévenus, a déposé une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Il estime que le Code du patrimoine, qui interdit les fouilles archéologiques, est trop flou : "Il ne définit pas clairement ce qu'est une fouille et en quoi elle peut avoir un intérêt historique" , détaille Maître Sylvain Champloix.

Pour les avocats des parties civiles et de l'Etat, cette QPC est "consternante" . Ils rappellent que ces pièces ont une valeur considérable puisqu'elles remontent à la Guerre des Gaules. Le tribunal correctionnel de Dijon décidera le 18 septembre si elle transmet cette QPC à la Cour de cassation. Si elle refuse, le procès devrait cette fois bien avoir lieu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess