Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Benoît Nayme : le meurtrier de l'ingénieur stéphanois condamné à 23 ans de prison en Angola

Le meurtrier de Benoît Nayme a été condamné à 23 ans de prison lundi en Angola. Le jeune ingénieur stéphanois a été tué en 2016.

Cela fait trois ans que la sœur de Benoît Nayme se bat pour connaître la vérité sur sa mort.
Cela fait trois ans que la sœur de Benoît Nayme se bat pour connaître la vérité sur sa mort. - Famille Nayme

Saint-Étienne, France

Le jugement est tombé ce lundi 10 juin, en Angola : le meurtrier de Benoît Nayme écope de 23 ans de prison, la peine maximale dans son pays. Les peines prononcées contre ses complices présumés ne sont pas encore connues.

Leur procès s'est tenu les 29 et 30 mai derniers, au Cabinda, dans la province angolaise où le jeune ingénieur stéphanois a été tué en 2016. Ses parents et sa soeur Clémence avaient fait le déplacement aux côtés de leur avocat, Maître André Buffard.

Au cours du procès, l'accusation a présenté contre les prévenus des charges que Maître Buffard juge "accablantes". Notamment les traces ADN de chacun des prévenus sur les lieux du crime mais aussi des preuves établies via des relevés téléphoniques.

Le meurtrier n'a pas voulu donner le nom du commanditaire

Le meurtrier a avoué le meurtre mais, comme ses complices, il n'a pas voulu révéler le mobile du crime ni le nom du ou des commanditaire(s). Seule certitude pour la famille de Benoît Nayme : il ne peut pas s'agir d'un cambriolage qui a mal tourné, comme l'avait d’abord évoqué la police angolaise. "Toutes les circonstances démontrent que le meurtrier est venu en sachant où il allait et qui il allait trouver à l’intérieur" précise l’avocat Maître André Buffard.

Benoît a remis de l'ordre, il a dû déranger" - Clémence, sa soeur

Jointe ce lundi par France Bleu, Clémence Nayme, la soeur de Benoît reste convaincue que la mort de son frère est lié à son travail. Le jeune homme travaillait pour une entreprise de chaudronnerie française, sous-traitante d'un pétrolier américain. "Le travail de Benoît, explique sa soeur, était de mettre en place des pipelines depuis la mer jusqu'à la partie terrestre. Il a dû constater que tout n'était pas fait dans les règles de l'art, il a voulu remettre de l'ordre et il a dû déranger".

L'enquête se poursuit en France et en Angola

Clémence Nayme se satisfait néanmoins de la peine de 23 ans de prison infligée au meurtrier de son frère mais elle l'assure : le combat pour la vérité n'est pas terminé. C'est pour cela qu'enquêteurs français et angolais poursuivent leur travail.