Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Faits divers – Justice

Le procès du Navarrenx golf club de Sus ce lundi devant le tribunal correctionnel

-
Par , France Bleu Béarn

Le promoteur du Navarrenx golf club de Sus est soupçonné d'infractions aux lois sur l'environnement lors de la construction de ce parcours et de son complexe hôtelier, ouvert récemment. Le mis en cause se dit lui victime d'une administration tatillonne.

(illustration)
(illustration) - maxppp

Sus, France

On fait le procès du Navarrenx golf club ce lundi après-midi à Pau. La société anonyme et son patron, Jean-François Cabarrouy, comparaissent pour une série d'infractions liées à la construction de ce golf sur la commune de Sus. On reproche au promoteur de n'avoir pas respecté les textes concernant la réglementation sur l'eau et les arbres principalement.

La logique du tractopelle

Le promoteur a foncé. Pendant toute la durée des travaux, les services de l'état ont émis des réserves à propos de l'abattage des arbres, sans demande préalable. À propos de l'utilisation de l'eau d'un étang pour les travaux, les textes imposent des stations de pompages. Mais le propriétaire conteste les textes. Et le chantier a continué, malgré un arrêté municipal qui ordonnait l’arrêt des travaux. Ce qui a agacé les pouvoirs publics, c'est aussi de voir les publicités pour le golf dans la presse. D'où ce signalement judiciaire.

"Je suis écœuré"

Les services de la préfecture ont donc signalé ces infractions au parquet qui a engagé ces poursuites. Dans cette affaire, l'État se pose en défenseur de l'environnement contre un patron sans scrupule. Le chef d'entreprise a une toute autre lecture. Il se pose en entrepreneur victime de fonctionnaires tatillons.  Jean-François Cabarrouy se dit écœuré par cette procédure, victime de l'acharnement des fonctionnaires de la préfecture. Victime d'une administration tatillonne et déconnectée. Lui qui investit sur ce territoire où les emplois sont rares (8 personnes travaillent sur le golf et son complexe).  Il conteste tout ce qu'on lui reproche et il menace de tout envoyer bouler s'il perd ce procès.