Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : La filière djihadiste de Strasbourg

Le procès du recruteur présumé de la filière djihadiste de la Meinau débute lundi à Paris

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Mourad Farès, ex-figure du recrutement de djihadistes, est jugé devant les assises spéciales. Il a eu de nombreux contacts avec les Strasbourgeois partis en 2013 en Syrie, dont Foued Mohamed-Aggad, l'un des terroristes du Bataclan.

Palais de justice de Paris, en octobre 2019
Palais de justice de Paris, en octobre 2019 © Maxppp - Sadak Souici / Le Pictorium

Lors de son arrestation en 2014, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait décrit Mourad Farès comme un "terroriste dangereux". Considéré comme l'une des figures du recrutement de candidats français au djihad en Syrie, et notamment de la filière de la Meinau à Strasbourg, cet homme originaire de Haute-Savoie est jugé du lundi 20 janvier au vendredi 24 janvier devant les assises spéciales de Paris, compétente pour statuer sur les crimes commis en matière de terrorisme.

Plusieurs Alsaciens vont témoigner dans ce procès, notamment Karim Mohamed-Aggad, le frère de Foued Mohamed-Aggad, l'un des terroristes mort dans l'attentat du Bataclan en novembre 2015. Karim Mohamed-Aggad fait partie des Strasbourgeois de la filière de la Meinau à avoir eu les contacts les plus assidus avec Mourad Farès avant le départ des dix Alsaciens vers la Syrie fin 2013. Les premiers échanges s'étaient faits via les réseaux sociaux et par téléphone. S'en étaient suivies plusieurs rencontres à Strasbourg, à Kehl (Allemagne) ou encore à Lyon. 

Arrivés en Syrie fin 2013, les Strasbourgeois de la filière de la Meinau retrouvent Mourad Farès. Mais le Haut-Savoyard rejoint une autre faction islamiste. Il est finalement arrêté en Turquie en 2014, se rendant de lui-même au consulat de France à Istanbul, quelques mois seulement après l'arrestation des Alsaciens retournés en France.

"Gros" ou "petit poisson" ?

Quelle importance a eu Mourad Farès dans le recrutement de la filière de la Meinau ? Y a-t-il eu un lavage de cerveau, comme certains Strasbourgeois l'ont prétendu ? "On l'a suivi les yeux fermés", déclaraient certains lors de leur procès en 2016. En appel en 2017, sept d'entre eux ont été condamnés à des peines allant de 7 à 9 ans de prison, reconnus coupables d'association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes. Mourad Farès n'avait pas été appelé à témoigner lors de ce procès. 

En 2014, le frère de Mouras Farès déclarait sur franceinfo : "Quand j'entends le ministre déclarer qu'on a arrêté un 'dangereux personnage', ça me fait doucement rire. Mon frère n'est pas le gros poisson que l'on décrit, c'est un petit poisson rouge". Mourad Farès est poursuivi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, financement de terrorisme, et direction d'un groupe terroriste.

Le voyage de dix djihadistes strasbourgeois - Visactu
Le voyage de dix djihadistes strasbourgeois © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu