Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Alexandre Junca

Procès en appel de l'affaire Alexandre Junca : qu'est-il arrivé au corps de l'enfant ?

Par Daniel Corsand et Oanna Favennec, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque et France Bleu mardi 13 décembre 2016 à 9:11

Claude Ducos lors du premier procès à Pau
Claude Ducos lors du premier procès à Pau © Radio France - Daniel Corsand

A partir de ce mercredi à Mont-de-Marsan, se tient le procès en appel de l'affaire Alexandre Junca. Claude Ducos a fait appel du verdict de juin dernier qui le condamne à 3 ans de prison pour avoir découpé et fait disparaître le corps d'Alexandre. Il est le seul à demander à être rejugé.

Le procès en appel de Claude Ducos, condamné le 16 juin 2016 en première instance par la cour d'assises de Pau à trois ans de prison pour complicité dans le meurtre et le démembrement du corps du jeune Alexandre Junca, 13 ans, le 4 juin 2011, se tient à Mont-de-Marsan du 14 au 16 décembre.

Claude Ducos rejugé

En juin dernier la cour d'assises de Pau, avait condamné les quatre accusés : Mickaël Baehrel à perpétuité. Christophe Camy, à 15 ans de réclusion. Trois ans pour Fatima Ennajah et trois ans pour Claude Ducos. Seul ce dernier, le retraité de Cabidos, a fait appel. Il va donc de nouveau répondre de non dénonciation de crime, dissimulation de preuve, atteinte à l'intégrité d'un cadavre et recel de cadavre. Il n'y aura donc que Claude Ducos dans le box, pour répondre essentiellement de la découpe du corps de l'adolescent disparu en Juin 2011. Claude Ducos va soutenir qu'il est étranger à cette affaire.

Dernier acte d'un drame qui a profondément marqué Pau et le Béarn

Ce procès en trois jours est le dernier temps fort de cette affaire qui a commencé le 4 juin 2011, quand Alexandre a disparu en rentrant chez lui près des halles à Pau. Une affaire qui a marqué Pau. Parce que pendant des semaines, toute la ville a cherché cet enfant. Il y avait des affiches partout en ville. Il y a eu la terrible découverte du corps découpé de l'enfant, l'enquête ensuite et l'arrestation des suspects. Cinq ans et demi qui ont durablement marqué Pau et le Béarn.

Un procès macabre

Ce procès ne va se pencher que sur le rôle de Claude Ducos. C'est donc la partie la plus morbide de ce dossier. Le retraité de Cabidos répond de tout ce qui se passe après le meurtre : le démembrement et l'enfouissement de la dépouille de l'enfant dans le gave de Pau. Depuis le jour de son arrestation, Claude Ducos nie toute participation, sans vraiment être en mesure de s'expliquer sur les éléments qui le mettent en cause.

C'est le procès du corps de son fils. Les parents ont vu des horreurs, des morceaux de corps, et ils doivent passer au delà pour avoir une image sereine de leur fils. Pour monsieur Junca il n'y a aucun doute sur la culpabilité de Claude Ducos. — Me Leverbe, l'avocate du Père d'Alexandre

Me Leverbe (à droite) avec les deux autres avocats des familles Junca et Lance - Radio France
Me Leverbe (à droite) avec les deux autres avocats des familles Junca et Lance © Radio France - Daniel Corsand

Me Emmanuelle Leverbe explique que ce meurtre a atteint l'image que peuvent garder les parents de leur fils"

Dés le premier jour, le moment décisif

Le moment clé de ce second procès va survenir dès ce mercredi après midi. On va entendre Mickaël Baehrel, le meurtrier, en qualité de témoin puisque lui n'a pas fait appel de sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. Lors du premier procès il a affirmé que Ducos est venu à Pau récupérer le corps de l'adolescent. C'est le principal élément à charge contre Claude Ducos. Puisque sa condamnation est définitive, il est dans un tout autre état d'esprit qu'à Pau. Avec lui, il faut s'attendre à tout. Va-t-il revenir sur ses déclarations? Ou alors, au contraire, les préciser, parce qu'en juin il est resté très imprécis sur "l'intervention" de Claude Ducos.

La confrontation entre Mickaël Baehrel et Claude Ducos se présentera sur un jour différent. Mickaël Baehrel sera dans des dispositions d'esprits forcément différentes. Ça j'en suis certain—Le procureur

Jean-Christophe Muller, le procureur de la République de Pau

Jean-Christophe Muller, le procureur de Pau soutiendra l'accusation - Radio France
Jean-Christophe Muller, le procureur de Pau soutiendra l'accusation © Radio France - Daniel Corsand

Ce procès en appel doit durer trois jours. Le tribunal devrait rendre son jugement ce vendredi soir.

A LIRE AUSSI

Tous nos articles sur l'affaire Alexandre Junca