Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le procès pour homicide involontaire du pilote d'un bateau du Cap Ferret

-
Par , France Bleu Gironde
Bordeaux, France

Le procureur de la république a requis ce lundi soir devant le tribunal correctionnel de Bordeaux deux ans de prison avec sursis à l'encontre d'un girondin de 30 ans. Il est accusé d'être à l'origine de la mort d'un ami lors d'un accident de bateau survenu en juillet 2011 au Cap Ferret.

Palais de Justice de Bordeaux
Palais de Justice de Bordeaux © Radio France

Le procès d'un girondin accusé d'homicide involontaire s'est tenu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Le 2 juillet 2011 Jean Bonifazi était à la barre d'un bateau à moteur qui avait violemment percuté une autre embarcation. Cet accident, en pleine nuit, s'était produit à plusieurs centaines de mètres du rivage en face du village de l'Herbe au Cap Ferret. Hugo d'Autheville, un ferret-capien de 21 ans, passager du prévenu était mort dans l'accident.

Une vitesse excessive et un pilote complètement ivre alors que la visibilité est quasi nulle en cette nuit de juillet 2011 : voilà ce qui ressort de l'audience. A la barre du tribunal le prévenu reconnait qu'il n'a pas vu le danger arriver. Ses déclarations sont confuses mais il pense qu'un autre bateau en mouvement les a heurté. Sauf qu'il n'a rien aperçu et que malgré les recherches de la gendarmerie aucune autre embarcation accidentée n'a été retrouvée sur le Bassin d'Arcachon les jours qui ont suivi le drame. 

La première préoccupation du prévenu n'a pas été de porter secours à son copain qui était entrain de mourir mais de commencer à trouver des moyens d'échapper à la justice.

— Maître Marie Mescam, avocate des parties civiles

Maître Marie Mescam, avocate des parties civiles

Alors que s'est il passé ? Le procureur estime pour sa part que le bateau qui transportait cinq copains de retour d'une fête à Arcachon est arrivé à pleine vitesse dans une zone de mouillage du Cap Ferret, là où 700 bateaux sont amarrés. L'hypothèse la plus probable, selon le procureur, c'est qu'il a percuté de plein fouet une petite embarcation attachée à son corps mort.

La conséquence est dramatique : un mort et une famille inconsolable. A l'audience le prévenu se retourne en pleurant vers les parents d'Hugo : "Vous avez perdu un fils, j'ai perdu un ami." Pas suffisant selon le procureur qui demande donc deux ans de prison avec sursis. Le jugement a été mis en délibéré au 8 janvier prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess