Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le procureur de Brest hausse le ton après une libération de détenu

-
Par , , France Bleu Breizh Izel

Le procureur Eric Mathais dénonce les dysfonctionnements liés au nouveau système d'escorte judiciaire. Parce que ni les policiers ni l'administration pénitentiaire ne pouvaient l'escorter au tribunal, un trafiquant de drogue présumé a été remis en liberté.

Justice
Justice © Radio France - Matthieu Boucheron

Brest, France

Ce n'est pas le premier dysfonctionnement de ce genre. La situation avait été envisagée, nous vous en parlions déjà à la fin avril dans cet article. Mais là, c'est le procureur de la république, à Brest, qui prend la parole sur le sujet.

Un trafiquant de drogue présumé remis en liberté

Ce mardi après-midi un prévenu incarcéré à la maison d’arrêt de Brest devait être jugé pour un trafic de drogue, plusieurs transports de drogue entre Paris et Brest, et à chaque fois, pour des quantités importantes de cocaïne. L'homme n 'est pas un primo-délinquant. Incarcéré une première fois, il est remis en liberté, mais il viole son contrôle judiciaire et se réfugie au Maroc, il est ensuite interpellé a son retour à Brest.

La nouvelle organisation pose problème

Depuis mai, l’administration pénitentiaire et son pôle basé a Lorient s'occupe des escortes entre les maisons d'arrêt et les tribunaux. C'était "impossible aujourd'hui" avait prévenu l'administration (pas de personnel disponible) et le commissariat ne pouvait pas assurer non plus cette escorte. Le prévenu a refusé, c'est son droit, d’être jugé avec le système vidéo, et comme son délai de détention provisoire allait être dépassé, le tribunal l'a donc remis en liberté, avec un contrôle judiciaire strict en attendant une convocation devant le tribunal en octobre. Si bien sûr il ne prend pas la fuite avant.

Pas très motivant pour les enquêteurs - Eric Mathais, procureur

Voilà ce qu'en dit le procureur de la république à Brest, Eric Mathais : " C'est une situation qui rajoute de graves dysfonctionnement dans un fonctionnement judiciaire, qui était déjà très délicat. Nous n'arrivons plus à juger les gens aux dates qui étaient prévues. Il y a des risques à l'ordre public, demain, ça pourrait être quelqu'un de violent, qui pourrait commettre de nouveaux faits, et ce n'est pas très motivant pour les enquêteurs ".

Et Eric Mathais de proposer la création d'un pôle d'escorte judiciaire à Brest pour le Finistère, et une meilleure coopération avec la police, car exceptionnellement la police peut être saisie pour une escorte. Mais à Brest, où il y a déjà sous-effectif c'est loin d'être évident.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu