Faits divers – Justice

Le procureur de Tours regrette la succession des procès reportés

Par François Desplans, France Bleu Touraine mercredi 28 octobre 2015 à 18:41

Palais de justice de Tours
Palais de justice de Tours © Maxppp

C'était le procès le plus attendu de cette session d'Assises en Indre-et-Loire. Mais le procès du meurtre du vieux Tours a lui aussi été reporté. Reporté au 26 janvier 2016 en raison de la grève des avocats. Un report dommageable pour le fonctionnement de la justice selon le procureur de Tours.

Contrainte et forcée par la mobilisation des avocats, la présidente de la Cour d'assises d'Indre-et-Loire n'a pas eu d'autre choix que de renvoyer le procès du meurtre du Vieux Tours au 26 janvier prochain. C'est l'avocat de la défense, Me Dupond-Moretti qui en a fait la demande. Retenu à Lille, il ne pouvait pas défendre son client, Théophile Duhamel accusé du meurtre de Maguette Gueye. C'était le 9 février 2013, en plein coeur de Tours. 

Une vingtaine d'affaires déjà en attente de jugement

Une demande de renvoi à laquelle s'associe également la partie civile. Mais que regrette fortement le procureur de la République de Tours. Le conflit des avocats ne va pas arranger une justice déjà saturée. Jean-Luc Beck rappelle qu'il y a une vingtaine d'affaires en attente de jugement à Tours et cela va devenir un vrai casse-tête pour essayer de rendre la justice en temps et en heure. 

Jean-Luc Beck, procureur de la République de Tours

Après deux ans et 9 mois passés derrière les barreaux, Théophile Duhamel repart donc en prison pour trois mois supplémentaires. Une détention provisoire beaucoup trop longue pour ses avocats qui vont redemander à la chambre de l'instruction sa remise en liberté pour la 12ème fois. 

Réponse du bâtonnier de Tours, Me Philippe Baron : ce n'est pas notre faute si l'instruction a duré des années et si nous n'avons pas été écoutés par Christiane Taubira. "Ce matin, ni la partie civile, ni l'accusé ne pouvaient être correctement défendus. Le report du procès était donc la meilleure décision à prendre".

Me Philippe Baron, bâtonnier de l'Ordre des avocats de Tours