Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le profanateur des cimetières de Sète condamné à un an de prison

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un an de prison, dont huit mois avec sursis, c'est la sanction du tribunal correctionnel de Montpellier à l'encontre d'un homme jugé pour violation de 25 sépultures dans deux cimetières de la ville. Il n'était pas présent à l'audience.

Le cimetière Le Py à Sète
Le cimetière Le Py à Sète © Maxppp -

Sète, France

Le tribunal correctionnel  de Montpellier jugeait ce lundi l'homme à l'origine de la  violation de 25 sépultures entre janvier 2018 et février 2019 dans deux cimetières de Sète (Hérault) : le cimetière Le Py ou est enterré Georges Brassens et le cimetière Marin ou se trouve la tombe de Paul Valéry. Les victimes qui ont monté un collectif étaient présentes à l'audience mais le prévenu lui, n'était pas là.

Il effaçait les yeux des défunts

"Il aurait pourtant été préférable qu'il soit à la barre", commente d'entrée le procureur, par respect pour les familles meurtries. "Ce n'est pas un gamin qui a fait ça comme souvent dans ce genre d'affaire" mais un homme de 59 ans conscient d'avoir causé du tort et qui reconnait les faits qui se sont produits des mois durant.

Le rituel était toujours le même, il se rendait au cimetière Le Py ou sont enterrés ses parents et avec un tournevis ou une pierre, il rayait les photos des défunts sur les tombes, uniquement les yeux. Il a fait ensuite la même chose au cimetière Marin. Il ne voulait pas que les morts le regardent, ça le soulageait a t-il expliqué lors de sa garde vue. Il ciblait les tombes en fonction des noms ou de manière aléatoire.

Des livres de magie noire retrouvés chez lui 

"Lors de la perquisition a son domicile on a trouvé  des livres de magie noire, de prière, un pentagramme sur sa porte. Il est fasciné par l'ésotérisme", précise maître Rémi Bertrand l'avocat des parties civiles. 

Après expertise psychiatrique, il a été considéré comme responsable de ses actes mais "il faut que cet homme soit suivi qu'il ne recommence pas", conclut l'avocat car s'il était jugé pour 25 violations de sépultures c'est au total près d'une centaine de tombes qu'il aurait profané.

Le tribunal l'a condamné à un an de prison dont huit mois avec sursis. Il devra aussi rembourser les victimes pour le préjudice matériel. Marie-Claude Nougaret, dont la tombe du grand père a été profanée, se dit satisfaite de ce jugement mais elle regrette que le prévenu ne soit pas venu.

"On aurait voulu qu'il s'explique, qu'il présente des excuses et surtout qu'il nous dise qu'il ne recommencera pas".

Marie-Claude Nougaret une des victimes se dit satisfaite du jugement mais elle aurait préféré voir le prévenu à la barre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu