Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le professeur de l'université d'Avignon Bernard Mezzadri est relaxé

-
Par , , France Bleu Vaucluse

Le professeur de l'université d'Avignon a été relaxé par le tribunal correctionnel d'Avignon. Dans un mail interne à l'université d'Avignon, il avait repris des propos discriminatoires de Manuel Valls.

Bernard Mezzadri, professeur de l'université d'Avignon, a été relaxé.
Bernard Mezzadri, professeur de l'université d'Avignon, a été relaxé. © Radio France - Philippe Paupert

Avignon, France

Le tribunal d'Avignon a relaxé le professeur de l'Université d'Avignon Bernard Medrazzi. Il était poursuivi pour des propos prononcés par Manuel Valls en 2009 qu'il a repris ironiquement dans un mail interne à l'Université. Il s'agit des mots "white" et "blancos". Le tribunal a aussi jugée irrecevable la constitution en tant que partie civile de l'Université d'Avignon.

En 2009, l'ancien maire d'Evry, Manuel Valls, avait demandé qu'il y ait plus de "white et de blancos" à mettre dans le champ des caméras à l'occasion d'un reportage télévisé dans sa ville.

Lors de son réquisitoire, le procureur de la République d'Avignon, avait estimé que les propos de Manuel Valls étaient "discriminatoires", il avait demandé une amende de 2000 € à l'encontre de Bernard Mezzadri.

"C'est Manuels Valls qui est responsable de ces propos extrêmement scandaleux. La justice donne une leçon de liberté d'expression à l'université". Bernard Mezzadri, l'enseignant relaxé.

Bernard Mezzadri était "amer" à l'annonce du jugement. Il regrette d'avoir été "sali par l'université. J'y travaille depuis vingt-cinq ans et je ne comprends pas comment ils ont pu croire que j'étais raciste. ils n'ont pas saisi l'ironie" regrette l'enseignant. Bernard Mezzadri considère que "l'Université d'Avignon, en soutenant l'inculpation de racisme, s'est carrément déshonorée".

"La justice donne une leçon à l'université d'Avignon" assure l'enseignant relaxé

Syndicats et enseignants de l'université soutenaient le professeur de latin - Radio France
Syndicats et enseignants de l'université soutenaient le professeur de latin © Radio France - Philippe Paupert