Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le propriétaire d'un coq condamné à verser 500 euros à sa voisine qui se plaignait du bruit

-
Par , France Bleu, France Bleu Picardie

Dans l'Oise, le propriétaire d'un coq a été condamné à verser 500 euros d'indemnités à sa voisine, hôtesse de l'air, qui se plaignait du bruit du volatile.

Quand la police municipale et le juge sont venus, Coco a chanté 23 fois en 26 minutes.
Quand la police municipale et le juge sont venus, Coco a chanté 23 fois en 26 minutes. © Maxppp - Elie Julien

Margny-lès-Compiègne, France

Après Maurice, le coq, et ses problèmes de voisinage en Charente-Maritime, voici Coco, coq picard, en bisbille avec une voisine hôtesse de l'air dans sa ville de Margny-Lès-Compiègne, dans l'Oise. Selon une information rapportée par France Inter ce mercredi 17 juillet 2019, le propriétaire d'un coq va devoir verser 500 euros d'indemnités à sa voisine parce que son Coco fait des vocalises. La voisine, hôtesse de l'air de profession donc, a des horaires décalés et le chant de Coco trouble son sommeil en journée. "Il y a même un juge qui est venu pour apprécier le chant du coq" s'étonne Nicolas Boucher, maître de Coco, pour qui l'affaire va un peu loin. 

Une pétition en ligne

Ceci dit, quand la police municipale et le magistrat sont venus, Coco a chanté 23 fois en 26 minutes. On se met à la place de l'hôtesse de l'air et on comprend un peu mieux ses insomnies. Le propriétaire de Coco a fait appel de la décision de justice et il est soutenu par une pétition en ligne qui avait récolté plus de 60.000 signatures ce mercredi matin. En attendant, Coco a dû déménager. Nicolas Boucher l'a déplacé dans le centre-ville de Margny-Lès-Compiègne. "Là-bas, il n'est pas embêté" assure Nicolas Boucher qui espère que son coq pourra bientôt retrouver son poulailler.