Faits divers – Justice

Le-Puy-en-Velay : le parquet fait appel dans l' affaire du niqab

Par Julien Corbière, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 7 avril 2015 à 17:58

L'homme comparaît devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay
L'homme comparaît devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay © Radio France

Mardi, le Ponot qui a forcé sa femme à porter le niqab a été relaxé par le tribunal correctionnel. L'homme a écopé de six mois pour les violences sur son épouse et pour des menaces contre les policiers. Le parquet qui réclamait 2 ans de prison ferme fait appel de cette décision.

L'affaire a défrayé la chronique depuis le 30 janvier 2015. Les policiers avaient constaté les faits, dans le centre commercial Géant Casino à Vals-près-le-Puy. Le mari s'était violemment opposé à l'intervention des forces de l'ordre et il n'avait été interpellé que deux semaines plus tard, à Vizille près de Grenoble. Il est donc aussi poursuivi pour les insultes sur les policiers, et les violences sur sa compagne.

Ce sont donc des réquisitions très lourdes qui ont été prononcées par le procureur de la République mardi après-midi : deux années de prison ferme plus une année avec sursis.

L'homme de 20 ans a écopé de six mois pour les violences sur son épouse et pour des menaces contre les policiers.

L’avocate de l’épouse, partie civile dans ce dossier a dans sa plaidoirie fait le portait d’une banale histoire de violences conjugales . Pour elle, le niqab dans cette histoire n’est qu’un symbole. Celui d’une femme à qui on retire peu a peu toutes libertés. Une épouse qu’on empêche de travailler, à qui on vole les bulletins de salaire et sa carte vitale. "Il a su appuyer là ou ca fait mal." Il l’a éloigné de son entourage. Chez eux les volets étaient toujours fermés. Pour qu’on ne la voit pas comme le voile qu’elle portait. Face aux lourdes réquisitions ( 3 ans de prison dont 2 ferme ) l’avocat s’est interrogé face à la cour "est-ce qu’être musulman est une circonstance aggravante ?" . Et pour lui dans ce dossier «il y a eu acharnement »

«  c’est un dossier banal qui a eu un coup de projecteur parce qu’il y avait le mot niqab dedans et avec derrière le mot islam et musulman ».                                                                          Maitre Laurent Pierrot

Niqab SON

Ce qui a beaucoup pesé dans la relaxe pour l'accusation sur le niqab c’est sans doute le témoignage de la femme auditionnée à plusieurs reprises par les enquêteurs. Elle accuse son conjoint de violences répétées depuis la mi-février. Mais elle affirme avoir toujours voulu elle-même porter le voile intégrale lorsqu’elle était en couple avec lui.

Le tribunal a délibéré dans la foulée pour une décision rendue dans la soirée. En général, les juges mettent ce genre d'affaire en délibéré à une date ultérieure.

Selon le parquet, l'homme forçait sa femme à porter le niqab et détenait ses papiers - Maxppp
Selon le parquet, l'homme forçait sa femme à porter le niqab et détenait ses papiers © Maxppp