Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le quartier de Bitola à Epinal dans le viseur des autorités

jeudi 20 juillet 2017 à 19:22 Par Marie Roussel, France Bleu Sud Lorraine

Cette semaine, des incendies de pneus ont nécessité l'intervention des pompiers et de la police dans le quartier de Bitola, à Épinal. Les forces de l'ordre ont également été victimes d'un jet de cocktail molotov. Le maire d'Epinal a donc convoqué une réunion d'urgence à l'Hôtel de ville ce jeudi.

Début de semaine agité au quartier spinalien de Bitola, les policiers sont intervenus deux fois.
Début de semaine agité au quartier spinalien de Bitola, les policiers sont intervenus deux fois. © Radio France - Marie Roussel

Épinal, France

Autour du maire d’Épinal Michel Heinrich : les représentants des forces de l'ordre, le préfet des Vosges et le procureur de la République. Tous sont venus afficher un message de fermeté à l'Hôtel de ville ce jeudi matin après le début de semaine agité dans le quartier de Bitola. Dans la nuit de lundi à mardi, des jeunes ont incendié des pneus. Le lendemain, les policiers ont été visés par un cocktail Molotov, qui, heureusement, n'a touché personne. Cela ne s'était encore jamais produit à Épinal.

Un "épiphénomène"

Des faits graves qui restent "limités et circonscrits', tient à souligner le procureur de la République d’Épinal, Etienne Manteaux. En effet, même si jeudi matin le lanceur du cocktail Molotov était encore activement recherché ; deux autres mineurs ont été interpellés. L'un, âgé de 14 ans, a été relâché. Le deuxième, 16 ans, a été présenté devant le juge pour enfants jeudi après-midi.

Le maire d'Epinal a convoqué une réunion d'urgence jeudi matin avec le préfet des Vosges, le procureur de la République  et le commissaire-divisionnaire d’Épinal. - Radio France
Le maire d'Epinal a convoqué une réunion d'urgence jeudi matin avec le préfet des Vosges, le procureur de la République et le commissaire-divisionnaire d’Épinal. © Radio France - Marie Roussel

Le parquet a requis un contrôle judiciaire et un placement pour le plus âgé. Il faut proposer une "solution à la fois éducative et répressive", continue le procureur de la République.

Le procureur de la République d'Epinal, Etienne Manteaux.

Un signal très important, c'est que, durant la nuit qui a suivi l'interpellation, tout était calme. Or quand on est sur un phénomène qui peut paraître insurrectionnel il y a une récurrence des faits. Plus la police porte des coups ; plus il y a de réactions".

Le maire d’Épinal, Michel Heinrich, est du même avis : "Il faut le considérer comme un épiphénomène ; pas quelque chose de profondément enraciné dans le quartier". Tous les acteurs du quartier ont également été convoqués par la mairie. Les consignes : sensibiliser les jeunes et rappeler aux parents leurs responsabilités.

Il ne faut pas généraliser. C'est un quartier dans lequel il y a toutes les structures possibles pour y vivre très bien." - le maire d’Épinal.

Le quartier de Bitola, où des jeunes ont incendié des pneus dans la nuit de lundi à mardi 18 juillet. - Radio France
Le quartier de Bitola, où des jeunes ont incendié des pneus dans la nuit de lundi à mardi 18 juillet. © Radio France - Marie Roussel

Dans le quartier de Bitola, pourtant, les habitants ne sont pas forcément très rassurés. La plupart refusent de parler aux journalistes, par peur de représailles. Marie-José, elle, vit depuis dix ans dans un immeuble du quartier :

Je suis un peu inquiète, car il y a quelques années il y a eu de gros dégâts. Des personnes squattaient... il y a eu des cambriolages. Alors j'aimerais que cela ne se reproduise plus. A sept heures du soir je ferme ma porte et je n'ouvre plus".

Reportage dans le quartier de Bitola, à Épinal.

La préfecture des Vosges a fait savoir que des mesures "adaptées" seront prises. Des rondes de surveillance seront renforcées, sans pour autant "donner un sentiment d'occupation du quartier par les forces de police", veut nuancer le préfet Jean-Pierre Cazenave- Lacrouts.