Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le quartier clermontois Croix-de-Neyrat théâtre de "violences urbaines"

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Soirée très tendue, samedi 14 novembre, dans le quartier clermontois de la Croix de Neyrat. Les pompiers et les policiers ont été pris à partie par plusieurs individus. Trois personnes ont été mises en garde à vue et une enquête a été ouverte.

La police de Clermont-Ferrand a ouvert une enquête, sous l'autorité du parquet. Trois personnes sont en garde à vue.
La police de Clermont-Ferrand a ouvert une enquête, sous l'autorité du parquet. Trois personnes sont en garde à vue. © Radio France - Stéphane Garcia

Les pompiers et les policiers ont dû faire face à une véritable fièvre du samedi soir. Entre 19h et 23h, au coeur du quartier Croix-de-Neyrat, dans le nord de la ville de Clermont-Ferrand, les soldats du feu ont dû éteindre plusieurs feux de containers à déchets, mais aussi de voitures. 

Mais ce n'est pas tout. Les pompiers, tout comme les policiers, ont été pris à partie par plusieurs individus, subissant même des jets de projectiles, qui n'ont fait aucun blessé.

A l'origine des débordements, une vidéo sur les réseaux sociaux

Selon la police, ces débordements sont dûs à un appel lancé sur les réseaux sociaux. L'auteur de cet appel serait un jeune de 16 ans, qui s'est retrouvé avec une malléole cassée après avoir été interpellé samedi vers 14h30 par un équipage de la brigade anti-criminalité, la BAC

Selon la police, le jeune aurait trébuché en essayant de s'enfuir et se serait ainsi blessé. Suspecté de trafic de stupéfiant, il a été placé en garde à vue avant d'être libéré à cause de sa blessure. C'est après ça, une fois rentré chez lui, qu'il aurait diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux, se plaignant des conditions de son interpellation et appelant à la "mobilisation".

Trois jeunes ont été interpellés suite à ces violences et placées en garde à vue. Ils étaient en possession de substances susceptibles de provoquer des incendies selon La Montagne, "un briquet et un chalumeau" indique le parquet. Seul un d'entre eux reste encore en garde à vue ce dimanche soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess