Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le quartier du Bas-Vernet à Perpignan sous le choc après la fusillade

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Roussillon

Après la fusillade qui a fait deux blessés dimanche matin, traverse de Pia à Perpignan, les voisins sont sonnés. Il y avait régulièrement des nuisances, mais c'est la première fois qu'un tel événement survient.

La fusillade est survenue à l'extérieur de ce local
La fusillade est survenue à l'extérieur de ce local © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Perpignan, France

Plusieurs coups de feu en pleine rue, à 8 heures et demi du matin, un dimanche : c'est la première fois que les habitants de la traverse de Pia, à Perpignan, vivent un tel événement. La fusillade a eu lieu à la sortie d'un bar à chicha. Une dispute avait éclaté quatre heures plus tôt.

Des nuisances régulières

"On ne s'attendait pas à ça, souffle une retraitée qui habite dans la rue. Il y a souvent beaucoup de bruit, mais autrement, aucun souci. Avec moi, les gérants ont toujours été corrects". Les nuisances sonores, tout le monde les a constaté depuis le début de l'été. "Ils mettaient parfois la musique à fond, lâche une voisine, mais quand je leur ai demandé de baisser le volume, ils le faisaient"

Le bar à chicha a rouvert depuis deux mois après travaux selon cette voisine, avec un changement de propriétaire. "Auparavant, ce local ne semblait pas avoir d'activité régulière", précise la maire de quartier Annabelle Brunet. À la sortie, les altercations plus ou moins sérieuses entre clients se sont multipliées. "J'ai vu déjà quelques interpellations, la BAC est venue plusieurs fois en deux semaines, explique un voisin. Il y a eu quelques bagarres, pas de très grosses, mais des chamaillades".

L'activité de l'établissement pose question

Selon certains habitants, le rideau de fer de l'établissement était en permanence baissé. "Les clients toquaient pour entrer et ils fermaient juste derrière" selon un voisin. La nature des activités dans l'établissement devra être éclaircie. "La tranquillité du quartier est secouée par ce genre de faits, et largement perturbée par des activités de bars à chicha ou épiceries ouvertes exclusivement la nuit", estime Annabelle Brunet. 

Si la police passe faire des rondes dans le quartier, les moyens sont jusque là concentrés sur l'avenue Joffre, qui compte de nombreux établissements de ce type. "On a eu aucune plainte qui nous est remontée ici, explique Annabelle Brunet. On est _très démunis au niveau de la municipalité, on n'a pas les moyens légaux d'agir_. Il faudrait qu'une autorisation de la mairie soit obligatoire pour les commerces voulant ouvrir la nuit"

Demande de fermeture administrative

La municipalité a cependant les moyens de demander au préfet la fermeture administrative de l'établissement, ce que compte faire l'adjointe à la sécurité dès ce mardi. "Au vu des faits qui se sont produits à proximité de l'établissement, visiblement entre clients, _je vais demander une fermeture définitive_", explique Chantal Bruzi. 

Il s'agira par la même occasion d'examiner si le local a les autorisations pour ouvrir de façon nocturne. En début d'année, lors du dernier contrôle, effectué régulièrement dans ce type d'établissements, ce bar à chicha était fermé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu