Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le rappeur Jo le Phéno jugé finalement le 27 septembre prochain pour incitation à la haine envers les policiers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le rappeur, originaire du quartier de la Banane dans le 20eme arrondissement de Paris, devait être jugé ce mercredi pour sa chanson "Bavure" d'août 2016. Une chanson qui incite à la haine envers les policiers, selon les syndicats de police. Le procès a finalement été reporté au 27 septembre.

Jo le Phéno dans son clip "Bavure"
Jo le Phéno dans son clip "Bavure" - Capture écran YouTube

Paris, France

Le clip date du 17 août dernier. Le rappeur l'a enlevé de sa page un mois après la publication, mais on peut toujours le voir sur You tube. A sa sortie, les syndicats de police trouvent le clip choquant. On y voit Jo le Phéno faire des doigts d'honneur, cracher sur une voiture de police et filmer des fonctionnaires pendant les interpellations.

Les syndicats de police y voient une incitation à la haine. En septembre dernier, Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'intérieur, porte plainte. Elle devait être jugée ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris. Le procès du rappeur a finalement été reporté au 27 septembre prochain.

Pour dénoncer les interpellations arbitraires

Les paroles sont violentes : "Je pisse sur la justice et sur la mère du commissaire [...] Où sont les condés, il faut les taper." Son avocat Me Said Harir défend "un langage de la rue"

"Ce langage est fait pour interpeller, pour réveiller les consciences et les pouvoirs publics. On a eu l'affaire Zied et Bouna, Adama Traoré, maintenant Théo ... ces affaires là sont la preuve qu'il se passe quelque chose dans les quartiers qui n'est pas dans les règles."

Jo le Phéno s'est défendu à plusieurs reprises sur Facebook, expliquant qu'il a voulu dénoncer les arrestations quotidiennes et arbitraires dont sont victimes les jeunes de cité.

Le contexte de l'affaire Théo

L'affaire Jo le Phéno devait donc être jugée 3 semaines après le début de l'affaire Théo. Une affaire qui montre que son client a raison estime Me Harir : "ces affaires ne sont que la partie émergée de l'iceberg". Il espère que la justice comprendra que le rappeur a voulu "faire passer un message et faire avancer les choses en toute humilité."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu