Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le rappeur M2Z reconnu coupable d'outrages envers la maire de Montbéliard

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le tribunal judiciaire de Montbéliard a reconnu coupable le rappeur montbéliardais M2Z d'avoir outragé la maire de Montbéliard. Marie-Noëlle Biguinet avait été insulté dans une chanson de l'auteur originaire du quartier de la Petite Hollande.

Le tribunal judiciaire a condamné le rappeur à verser un euro symbolique de dommages et intérêt à la maire de Montbéliard
Le tribunal judiciaire a condamné le rappeur à verser un euro symbolique de dommages et intérêt à la maire de Montbéliard © Radio France - Christophe Beck

Le rappeur montbéliardais M2Z a été reconnu coupable ce lundi par le tribunal judiciaire de Montbéliard à verser un euro de dommages et intérêt à la maire de Montbéliard pour "outrage à une personne dépositaire de l'autorité publique". En l’occurrence, pour avoir traité l'élue de "sorcière au gros nez" et de "sale pute"dans l'une de ses chansons intitulée "La Haine" rendue publique en mars dernier. Il a été condamné à une peine de 90 jours amende de 10 euros, en clair il devra verser une amende de 900 euros, et s'il ne paye pas il devra purger une peine de prison de 3 mois. 

Le prévenu fait valoir son statut de chanteur : "je fais juste de la musique"

Le jeune homme de 25 ans, qui enchaîne les CDD dans le secteur du bâtiment, arrive à l'audience, l'air plutôt détendu, et non accompagné d'un avocat. Habillé d'un jean et  d'un sweat avec une tête de tigre colorée, le chanteur réaffirme d'emblée que l'insulte "sale pute" est une "signature", que ce n'est pas dirigé contre la maire : "je finis mes chansons là-dessus, et d'autres rappeurs le font aussi. Ce n'est peut être pas élégant mais ça ne la vise pas".

Liberté d'expression ou outrage?

Marie-Nöelle Biguinet, elle, n'est pas présente au procès, l'élue est représentée par Maitre Pierre-Henri Surdey qui rappelle que l'on peut "apprécier le rap, mais qu'on ne pas tout dire" surtout à l'encontre de quelqu'un qui représente l'autorité publique, que "le simple fait de dire qu'un maire n'est pas respectable est un outrage". Le procureur lui ajoute que le rappeur "a eu l'intention de porter atteinte" et qu'il faut "marquer la limite".

Le rappeur annonce ne pas faire appel 

A l'issue du procès, le rappeur originaire du quartier de la Petite Hollande n'était pas présent à l'énoncé du jugement. Il précise à France Bleu Belfort Montbéliard prendre acte de la décision, mais ne regrette rien : "quand je la qualifie de sorcière au gros nez, j'assume, c'est de la liberté d'expression comme quand les Guignols reprenaient les personnages publics sur Canal+". 

Un avis que ne partage pas Maître Pierre-Henri Surdey, l'avocat de Marie-Noëlle Biguinet : "Il y a une limite à la liberté artistique comme il y a une limite à la liberté d'expression. Le propos était outrancier et c'est bien ce qu'a retenu le tribunal, les choses sont remises à leur place".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess