Faits divers – Justice

Quatre ans de prison requis contre le rappeur Rohff pour des violences commises dans une boutique de son rival Booba

Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu vendredi 29 septembre 2017 à 11:17 Mis à jour le vendredi 29 septembre 2017 à 17:53

Rohff
Rohff © Maxppp - Edouard Coulot

Une rivalité entre rappeurs se conclut devant la justice. Rohff comparaît ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris pour "violences aggravées". En avril 2014, il était allé dans la boutique de son rival Booba à Paris, il avait roué de coups le vendeur et la boutique avait été saccagée.

Quatre ans de prison ont été requis ce vendredi à l'encontre du rappeur Rohff, jugé par le tribunal correctionnel de Paris, pour des faits de "violences aggravées" dans la boutique de son rival, Booba. Dénonçant un "lynchage" sur fond de "haine" entre rappeurs sur les réseaux sociaux, le procureur a estimé que Rohff avait "prémédité" cette expédition punitive.

Le rappeur de 39 ans s'était rendu le 21 avril 2014 dans le quartier des Halles à Paris. Accompagné de plusieurs hommes il était entré dans la boutique Unkut, la boutique officielle de la marque de vêtement du rappeur Bouba. Les caméras de vidéosurveillance ont filmé la scène. Rohff fait signe au jeune vendeur de le suivre au fond de la boutique. Il le frappe à l'estomac, au dos, au visage. Plusieurs autres personnes se joignent à lui pour rouer de coups le jeune homme qui est abandonné inconscient sur le sol. Un autre employé qui voulait venir au secours de la victime est assommé avec une caisse enregistreuse. La boutique est saccagée.

Booba "ennemi" de Rohff

Quelques heures plus tard en pleine nuit accompagné de son avocat Rohff se rend à la police. Il explique lors de sa garde à vue qu'il s'agit là du énième épisode de sa rivalité avec son "ennemi juré" Booba. Un conflit qui remonterai selon lui à 2008, quand son album avait mieux fonctionné que celui de Booba.

Les rivalités, les provocations et les clashs sont courants entre rappeurs via les réseaux sociaux. Mais habituellement cela se limite aux mots.

Pourquoi ce dérapage ?

Rohff avait diffusé quelques jours plus tôt sur Facebook une parodie d'un clip de Booba et ce dernier, vexé, lui avait proposé de "s'expliquer" à Paris, explique Rohff qui ajoute que des fans rencontrés par hasard à proximité de la boutique de Booba lui avaient conseillé d'en découdre. Il était donc entré pour régler les choses "d'homme à homme" avec Booba ou ses proches, mais il s'était emporté lorsque le jeune vendeur l'avait traité avec mépris, et les fans s'étaient joints à la bagarre.

L'accusation considère de son côté qu'il s'agit d'une expédition punitive préméditée.