Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le ravisseur présumé a reconnu "un geste déplacé" avant l'enlèvement du petit Rifki

mardi 18 août 2015 à 15:03 - Mis à jour le mardi 18 août 2015 à 19:21 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

Selon son avocate, le ravisseur du petit Rifki a reconnu avoir commis des attouchement sur le garçon lors de sa cohabitation avec la famille. Le suspect a été mis en examen pour enlèvement, séquestration et agression sexuelle sur mineur. Il a été placé en détention provisoire.

Le petit Rifki avec les gendarmes après l'arrestation de son ravisseur à Libourne
Le petit Rifki avec les gendarmes après l'arrestation de son ravisseur à Libourne © Maxppp

Le ravisseur du petit Rifki a été placé en détention provisoire ce mardi soir. Une information judiciaire pour enlèvement et séquestration et agression sexuelle sur mineur a été ouverte.

Un peu plus tôt dans la journée, l'avocate de cet homme, Maître Emmanuelle Kahn-Renault, a révélé que son client avait reconnu un "un geste déplacé envers l'enfant de 4 ans, avant l'enlèvement.

"Le périple s'est déroulé sans encombre. Lors de sa garde à vue, mon client a crié son incompréhension et sa souffrance. D'autres moments ont été explorés par les enquêteurs. Il a reconnu un geste déplacé lors de la cohabitation avec la famille. Il n'est pas allé au contact de l'enfant. C'est l'enfant qui s'est retrouvé accidentellement à son contact en voulant jouer avec son téléphone. Effectivement ça a eu lieu et c'est répréhensible."

A l'issue de l'audition de l'enfant par les enquêteurs en présence d'un psychologue, le parquet de Rennes avait pourtant affirmé que Rifki n'avait évoqué "aucune violence de quelque nature qui aurait pu être commise par le mis en cause qu'il appelle familièrement +Tonton Ahmed+".

►►► A lire aussi : Enlèvement de Rifki, l'enfant n'évoque "aucune violence"

Le parquet avait également confirmé l'information selon laquelle le ravisseur présumé fait "l'objet de poursuites pour des faits d'agression sexuelle à l'encontre d'un mineur de quinze ans", des faits pour lesquels il devra comparaître au mois de janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Rennes.

L'avocate estime que son client a besoin d'un "suivi sérieux car c'est quelqu'un qui est déboussolé et déraciné ".

Selon le parquet de Rennes, le jeune homme aurait expliqué, de manière confuse, s'être éloigné avec Rifki samedi dernier, pour trouver de la nourriture et être revenu près de deux heures plus tard place de la mairie. Il aurait alors pris le train en direction de Paris, puis de Bordeaux, pour tenter de retrouver la famille de la jeune victime.

►►► A lire aussi : Le petit Rifki retrouvé sain et sauf en Gironde

"Il a eu un geste déplacé et c'est répréhensible"