Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le repreneur potentiel d'AR Industries contraint de revoir à la baisse son plan de reprise

mardi 24 avril 2018 à 14:39 Par Régis Hervé, France Bleu Berry

Devant le tribunal de commerce d'Orléans, les représentants du repreneur potentiel d'AR Industries (fabricant de jantes alu) ont présenté leur plan de reprise ; les ambitions sont "un peu" revues à la baisse en raison de discussions "plus compliquées" avec les donneurs d'ordre

L'entrée d'AR Industries à Diors
L'entrée d'AR Industries à Diors © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

" Après une longue période de négociations intenses et fructueuses avec les principaux clients d'ARI, nous sommes convenus d'une solution qui permettra à la fois de sauver l'usine et de préserver plus de 90% du personnel " C'est avec ces mots que le repreneur potentiel d'AR Industries, le groupe britannique GFG Alliance, explique le contexte dans lequel se sont déroulées les discussions avec les donneurs d'ordre de l'entreprise berrichonne, que sont les constructeurs automobiles Renault et le groupe PSA. Des discussions "un peu plus compliquées"  que prévu selon le directeur en France du groupe GFG joint par France Bleu Berry. Philippe Baudon ajoute que ces discussions n'ont pas permis d'obtenir le résultat espéré, notamment en terme de volumes de commande. 

Un sur-effectif de "20 à 30 salariés"

Sur cette nouvelle base pour les deux prochaines années, le repreneur a été contraint de revoir ses ambitions à la baisse. La précédente offre a été retirée et une nouvelle sera déposée au tribunal d'ici mercredi soir. Un nouveau projet qui, selon Philippe Baudon, permettra de sauver "plus de 90% de l'effectif" Concrètement, sur les 375 salariés, 20 à 30 personnes seraient licenciées, des chiffres qui doivent être "affinés" précise le directeur France de GFG. Le nouveau plan de reprise sera examiné par le tribunal de commerce d'Orléans le 15 mai prochain

Phillipe Baudon explique que les discussions avec les donneurs d'ordre ont été un "peu plus compliquées"