Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le retrait de la grenade GLI-F4 salué par Mickael Cueff

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le retrait de la grenade GLI-F4 salué par Mickael Cueff, ce Finistérien avait perdu une main en ramassant cette même grenade en 2013, pendant une manifestation des bonnets rouges à Pont-De-Buis. Le ministre de l'intérieur a annoncé le retrait de cette grenade controversée ce dimanche.

Un policier refoule une grenade.
Un policier refoule une grenade. © Maxppp - Jean Pierre Bafin

Le retrait de la grenade GLI-F4 salué par Mickael Cueff, ce Finistérien avait perdu une main en ramassant cette même grenade en 2013, pendant une manifestation des bonnets rouges à Pont-de-Buis. Il l'avait ramassé alors qu'elle était lancée par les forces de l'ordre qui répliquaient aux opposants à l'écotaxe sous le portic installé sur la voie express. 

"C'est bien trop tard"

Le ministre de l'intérieur Christophe Castaner a annoncé le retrait de cette grenade controversée dimanche. "C'est bien, mais c'est bien trop tard" dit Mickael Cueff. "Il aurait fallu l'interdire il y a des années. Il n'y aurait pas eu tous ces blessés. Les gens ont ramassé ces grenades en pensant qu'elles n'éclateraient pas tout de suite. C'est une sorte de réflexe. En terme de maintien de l'ordre, les grenades lacrymogènes doivent suffire. Oui, c'est vraiment trop tard. Et cette grenade est interdite alors que les stocks sont presque épuisés."

"D'un point de vue judiciaire, je continue à demander qui est responsable"

Mickaël Cueff avait perdu son travail à la suite de cette mutilation. Il a retrouvé un emploi il y a deux ans. Quant aux suites judiciaires, selon lui "ce n'est pas terminé. J'ai perdu au pénal mais j'ai attaqué au civil. Je continue à demander qui est responsable. Et c'est en cours."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu