Faits divers – Justice DOSSIER : Le dossier du jour de France Bleu Vaucluse

Le risque routier chez les seniors

Par Kevin Dufreche, France Bleu Vaucluse jeudi 5 octobre 2017 à 7:00

Une douzaine de personnes était réunie à Caumont-sur-Durance pour profiter de la remise à niveau du code de la route dispensée par la prévention routière
Une douzaine de personnes était réunie à Caumont-sur-Durance pour profiter de la remise à niveau du code de la route dispensée par la prévention routière © Radio France - Kevin Dufrêche

Les seniors sont de plus en plus touchés par la mortalité sur la route : depuis trois ans, elle augmente de 9% par an. Des chiffres alarmants qui poussent à identifier les causes, et à prévenir les risques.

C'est un des grands enjeux de la sécurité routière ces dernières années : le risque routier chez les seniors, un public de plus en plus touché. Alors que la mortalité chez les moins de 25 ans, le public le plus à risque, a baissé de près de 30% depuis 2010, celle des seniors ne cesse d'augmenter chaque année.

Le Vaucluse n'est pas épargné

Déjà, à partir de quel âge peut-on parler de "senior" ? Si on se fie au barème de la sécurité routière, c'est à partir de 65 ans. Et les chiffres qui concernent cette population sont alarmants : en France le nombre de seniors tués augmente de 9% par an depuis trois ans. Dans le même temps, le taux de mortalité des jeunes de moins de 25 ans, le public le plus concerné par les accidents mortels, a baissé de façon significative depuis 2010, de quasiment 30%.

En Vaucluse par exemple, sur 41 personnes mortes sur la route en 2016, 9 avaient plus de 65 ans. En 2015, on comptait 8 morts de plus de 65 ans, un chiffre similaire oui, mais sur 27 tués dans des accidents de la route.

Les seniors, premières victimes piétonnes

52% des piétons morts sur la route sont des séniors. Un chiffre qui se vérifie en Vaucluse : l'an dernier, sur 7 victimes piétonnes, 4 étaient des séniors. Et puis, il y a aussi les seniors qui causent des accidents. Un exemple : sur 30 accidents mortels en Vaucluse cette année, 9 ont été causés par des séniors.

Sur 30 accidents mortels en Vaucluse depuis début 2017, 9 ont été causés par des séniors (préfecture).

Un problème dont les pouvoirs publics prennent la mesure. La préfecture de Vaucluse indique travailler sur le sujet dans le cadre de ses orientations pour les cinq ans à venir. La prévention routière elle organise des formations de remise à niveau du code de la route, 27 depuis le début de l'année, mais seulement une, chez nous, en Vaucluse.

Quelles causes ?

Avec l'âge, de multiples causes peuvent expliquer l'implication des seniors dans les accidents de la route. La baisse de l'acuité visuelle par exemple. Le code de la route indique qu'elle doit être de 5/10e pour les deux yeux, d'où l'importance de faire vérifier sa vue régulièrement. Après la vue, il y a l'ouïe : en France, on estime que moins de 20% des personnes qui devraient être équipées de prothèses auditives le sont, alors qu'elle est primordiale pour appréhender certains dangers sur la route.

Enfin, plus on vieillit, plus on est susceptible de prendre des médicaments... Et certains d'entre eux peuvent provoquer une baisse de l'attention. Il faut donc bien observer les boites, sur lesquelles des pictogrammes indiquent l'impact des médicaments sur l'aptitude à conduire.

Les supports de la prévention routière à destination des seniors - Radio France
Les supports de la prévention routière à destination des seniors © Radio France - Kevin Dufrêche

"En France, il n'y a rien, explique un des responsables de la prévention routière en PACA, Gérard Soulan. En Espagne, en Italie, en Allemagne, il y a une visite médicale obligatoire à partir d'un certain âge". Le débat a souvent été soulevé en France, mais le principe n'a jamais été mis en place.

Des formations organisées par la prévention routière

La prévention routière organise de plus en plus de formations à l'attention de ce public particulier. C'est un peu comme retourner à l'école : à Caumont-sur-Durance par exemple, devant sa dizaine d'élèves sagement assis, Gérard Soulan explique les nouveautés du code de la route, à l'aide d'un diaporama. Et beaucoup s'intéressent, et participent.

"C'est bien de faire ses mises à jour. Il y a des panneaux qu'on ne connait pas, on ne sait pas toujours comment se placer pour entrer sur un rond-point." - Michelle, 75 ans, a suivi la formation à Caumont-sur-Durance

Le dossier du jour : à Caumont-sur-Durance, les seniors révisent leur code de la route

Après la théorie, la pratique

Discuter des panneaux c'est bien, les voir sur le bord de la route, c'est encore mieux. Après la partie théorique, chaque participant monte en voiture, avec un moniteur d'auto-école. C'est parti pour un quart d'heure : les priorités, bien se comporter sur une intersection, réguler sa vitesse... Des choses qu'on oublie avec le temps. "Pour les gens qui conduisent depuis longtemps, c'est automatique", souligne le moniteur d'auto-école présent à Caumont, Philippe.

En voiture avec Philippe, le moniteur d'auto-école ! - Radio France
En voiture avec Philippe, le moniteur d'auto-école ! © Radio France - Kevin Dufrêche

Le dossier du jour : en voiture auto-école avec les seniors à Caumont-sur-Durance