Faits divers – Justice

Le "roi des forains", Marcel Campion, mis en examen pour abus de biens sociaux

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région et France Bleu jeudi 1 juin 2017 à 12:39

Marcel Campion et sa Grande roue.
Marcel Campion et sa Grande roue. © Maxppp - Frédéric Dugit/Olivier Boitet

Le "roi des forains", Marcel Campion, qui vient de démonter sa Grande roue à Paris, a été mis en examen mercredi pour abus de biens sociaux et recel de favoritisme. La Ville de Paris s'était constituée partie civile dans ce dossier dès septembre 2016, à l'ouverture de l'information judiciaire.

Marcel Campion, qui vient tout juste de mettre fin au bras de fer qui l'opposait à la Mairie de Paris en démontant sa Grande roue place de la Concorde il y a deux semaines, a été mis en examen mercredi. Il doit répondre de recel de favoritisme et d'abus de biens sociaux à hauteur de 75.000 euros. L'affaire concerne les conditions d'attribution en 2015 par la mairie de Paris de l'emplacement de la Grande roue de la Concorde.

La Mairie de Paris a réagi jeudi matin : "L’instruction a franchi une nouvelle étape mercredi 31 mai, avec l’annonce de la mise en examen de M. Marcel Campion. La Ville de Paris prend acte de cette avancée et réaffirme à cette occasion son attachement le plus complet à la manifestation de la vérité".

Marcel Campion a réagi lui aussi. Il estime que "le dossier est vide".

Marcel Campion aurait-il triché ?

Le "roi des forains", 77 ans, a été entendu mercredi par le juge sur la gestion de ses activités et sur la convention passée avec la Mairie de Paris. La justice s'intéresse de près aux affaires de Marcel Campion, promoteur des fêtes foraines parisiennes et du marché de Noël des Champs-Elysées, depuis octobre 2015. C'est un article du Canard Enchaîné qui avait mis la justice en branle.

La Ville de Paris avait porté plainte dès qu'elle avait appris qu'au lendemain de la clôture de l'appel à propositions, l'unique concurrent de Marcel Campion avait été contacté, via un faux courriel censé émaner de la mairie, pour discuter du dossier de la grande roue alors que son identité ne pouvait être connue qu'au sein des services de la ville.

Depuis, la Mairie s'est constituée partie civile pour s'assurer "qu'aucune des procédures liant la société de Marcel Campion, Fête et Loisirs, à la Ville de Paris n'a été faussée".

La Mairie a expliqué que "Bien qu'aucune règle de droit ne l'y oblige, elle s'est engagée depuis plusieurs années déjà à ce que ses principales conventions d'occupation du domaine public - dont l'installation de la grande roue - fassent l'objet d'une mise en concurrence".

On ne peut pas parler de favoritisme, indique l'avocate de Marcel Campion

De son côté, l'avocate de Marcel Campion affirme que "cette affaire a été montée en épingle par une certaine presse". Elle indique qu'on ne peut "pas parler de favoritisme puisque ce n'est pas un marché public" et elle précise que Marcel Campion "a été défavorisé par la mairie car il a dû payer une redevance doublée à 1,2 millions d'euros".

En menant leurs investigations, les enquêteurs avaient fait une perquisition au domicile de Marcel Campion le 6 octobre 2016 dans le Val-de-Marne à Ormesson-sur-Marne. La police avait trouvé des armes et plus de 300.000 euros en liquide. Cet argent proviendrait d'une partie de la trésorerie de "recettes mensuelles encore non encaissées" de ses attractions, affirme l'avocate du roi des forains.