Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Sel-de-Bretagne : licenciée à cause d'un Post-it, elle obtient gain de cause devant la justice

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Une aide à domicile avait été licenciée par l'ADMR du Sel-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Mal accueillie par une personne âgée chez qui elle travaillait, elle avait laissé un Post-it sur sa table pour se plaindre de son attitude. La Cour d'appel de Rennes évoque un "licenciement sans cause réelle".

Cécile a été licenciée en 2015 de l'ADMR du Sel-de-Bretagne (photo d'illustration)
Cécile a été licenciée en 2015 de l'ADMR du Sel-de-Bretagne (photo d'illustration) © Maxppp - Bruno Salaün

Les faits remontent au 17 mars 2015. Cécile, une aide à domicile aujourd'hui âgée de 49 ans, se rend chez une personne âgée. Elle est embauchée en CDI à l'ADMR (Association d'aide à la personne) du canton du Sel-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). La retraitée se montre particulièrement énervée à son égard. Cécile lui laisse sur sa table un Post-it pour se plaindre de son attitude et s'en va :  "Madame, quand j'arrive chez vous la moindre des choses c'est de me dire bonjour et de m'accueillir, pas de m'engueuler parce que je n'ouvre pas la porte. Je ne suis pas un chien, mais une personne". Un mois plus tard, elle est licenciée par l'ADMR pour cause réelle et sérieuse; l'association évoque une faute de la part de la salariée.

Condamnation des prud'hommes

Devant le Conseil des prud'hommes de Rennes, l'ADMR est condamné en 2017 et fait appel. L'arrêt du 21 janvier 2021 de la Cour d'appel de Rennes confirme ce jugement et condamne l'association à payer 4800 euros de dommages et intérêts à Cécile "à titre de dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse", à celà se rajoutent 3000 euros complémentaires.

Cécile a déménagé

"J'ai souffert pendant 5 ans à cause de celà; ça a été très dur pour moi" témoigne Cécile qui a dû quitter l'Ille-et-Vilaine pour la Normandie. Elle reproche le comportement de l'ADMR à son égard et l'attitude inhumaine, selon elle, du directeur de l'époque. 

Je voudrais m'adresser aux salariés de l'ADMR du Sel-de-Bretagne pour dire que je n'aurais jamais dû être licenciée - Cécile

"On ne peut pas être licencié pour un Post-it"

François Macquaire, juriste au syndicat CFTC à Rennes, a défendu l'ex salariée. "La Cour explique qu'on ne peut pas être licencié parce qu'on dit sur un Post-it que c'est trop dur, c'est illégal". Il évoque le droit de retrait dont on aurait du se saisir Cécile mais dont l'existence légale est inconnue d'une majorité de salariés "quand ça devient intolérable dans votre travail, vous avez le droit de partir, c'est la loi. Ecrire sur un Post-it peut être considéré éventuellement comme une réaction maladroite ce n'est pas la question, mais vous n'avez pas à vous faire insulter par des particuliers employeurs ou des personnes chez qui vous êtes en souffrance".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess