Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jean-Vincent Placé, violemment agressé à Paris, songe à arrêter la politique

mardi 5 septembre 2017 à 21:20 - Mis à jour le mardi 5 septembre 2017 à 21:53 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris et France Bleu

L'ancien secrétaire d'État et actuel sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé a été violemment agressé samedi soir à Paris, a-t-on appris ce mardi soir. Il s'est fait voler sa montre et des papiers. Une enquête pour vol avec arme a été ouverte. le sénateur songe à arrêter la politique.

Le sénateur Jean-Vincent Placé ici en février 2017, alors secrétaire d'État du gouvernement Hollande.
Le sénateur Jean-Vincent Placé ici en février 2017, alors secrétaire d'État du gouvernement Hollande. © AFP - Patrice Pierrot

L'ancien secrétaire d'Etat et actuel sénateur de l'Essonne Jean-Vincent Placé a été victime d'une violente agression samedi soir à Paris, a appris ce mardi soir franceinfo de source judiciaire. Le sénateur a été frappé par trois individus. Il s'est fait voler sa montre, son téléphone portable et sa carte bleue. Jean-Vincent Placé a affirmé à l'AFP avoir notamment été blessé au dos, avoir eu la lèvre fendue et une dent cassée. Il s'est vu prescrire à l'hôpital une incapacité totale de travail de six jours et a déposé plainte.

Jean-Vincent Placé songe à arrêter la politique

"J'aime beaucoup la politique mais cette agression me fait réfléchir à arrêter", a-t-il dit à l'AFP. Est-ce à dire qu'il va renoncer à se représenter aux élections sénatoriales, le 24 septembre ? "En tout cas, ma réflexion est très avancée", a déclaré l'ancien secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification. Une enquête de flagrance pour vol avec arme a été ouverte. Elle a été confiée au premier district de police judiciaire.