Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le siège du PS grenoblois ciblé par des tirs

lundi 23 mai 2016 à 10:42 - Mis à jour le lundi 23 mai 2016 à 14:55 Par Maxime Fayolle, France Bleu Isère et France Bleu

Le siège du Parti Socialiste à Grenoble, en Isère, a été la cible de tirs à l'arme à feu dans la nuit de dimanche à lundi. Douze impacts de balles ont été relevés sur la devanture. Une enquête a été ouverte.

Douze impacts de balles ont été relevés sur la façade.
Douze impacts de balles ont été relevés sur la façade. © Radio France - Ulysse Khalife

Grenoble, France

À Grenoble, en Isère, le siège du Parti Socialiste situé rue Nicolas Chorier a été pris pour cible dans la nuit de dimanche à lundi, vers 1h10 du matin.

Douze impacts de balles

D'après la police, l'arme utilisée serait un pistolet 9 millimètres. - Radio France
D'après la police, l'arme utilisée serait un pistolet 9 millimètres. © Radio France - Ulysse Khalife

Le rideau de la devanture est criblé de douze impacts de balle. Il s'agit, selon la police, d'un pistolet neuf millimètres. Une enquête de flagrance a été ouverte ce lundi matin, elle a été confiée à la Sûreté départementale. Les premières constatations sont en cours ainsi que les auditions de témoins potentiels dans les immeubles environnants. La police précise qu'il n'y a pas de caméra de vidéo-surveillance dans cette rue pouvant être visionnée pour avoir plus de détails.

Dans un communiqué, le maire de Grenoble, Éric Piolle dénonce "avec force cette dégradation intolérable, contraire à la tradition citoyenne de notre ville".

Indignation à gauche

Plusieurs locaux du Parti socialiste, partout en France, ont fait l'objet d'actes de vandalisme ces dernières semaines dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail. Celle du PS isérois avait été taguée.

"Depuis des semaines, nous dénonçons ces actes de violence qui s'aggravent de jour en jour. Depuis des semaines, nous appelons l'ensemble de la classe politique et des responsables syndicaux à réagir à cette dérive funeste inconnue depuis les années 30. Un nouveau seuil a été franchi cette nuit", a commenté le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, dans un communiqué.

Le Parti socialiste exhorte à nouveau les responsables politiques et "syndicaux à prendre fermement position contre ces comportements inacceptables. Faudra-t-il qu'il y ait des victimes pour que notre préoccupation soit partagée et qu'une condamnation générale et sans ambiguïté ait enfin lieu?", poursuit le responsable socialiste. "Des suites judiciaires seront évidemment données à cette affaire", conclut Jean-Christophe Cambadélis.

De son côté, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a "condamné avec la plus grande fermeté (..) ces actes inacceptables" d'une "particulière gravité" et qui "constituent une atteinte insupportable à la vie démocratique dans notre pays".