Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le sort des migrants qui occupent un bâtiment de la région examiné par la justice à Limoges

mercredi 29 août 2018 à 15:39 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Le tribunal administratif de Limoges devait se prononcer ce mercredi sur l'expulsion d'une soixantaine de migrants qui occupent un bâtiment désaffecté de la Région. Des migrants soutenus en nombre par le collectif "Chabatz d'entrar" lors de l'audience. Le tribunal rendra sa décision ce jeudi.

De nombreuses personnes rassemblées devant le tribunal de Limoges pour dire non à l'expulsion des migrants
De nombreuses personnes rassemblées devant le tribunal de Limoges pour dire non à l'expulsion des migrants © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

Une centaine de personnes du collectif de soutien aux migrants, le collectif "Chabatz d'entrar", s'est rassemblée mercredi matin devant le tribunal administratif appelé à se prononcer sur l'expulsion de la soixantaine de personnes qui occupent depuis mai dernier un bâtiment de la Région, qui abritait l'ancien CRDP (le centre de documentation pédagogique).

Certains ont tenu à assister à l'audience où la région Nouvelle Aquitaine est venue réclamer que le juge des référés prenne une ordonnance d'expulsion car selon elle il y a urgence, la collectivité ayant décidé d'y faire des travaux pour créer un centre de formation sociale.

"C'est un coup de bluff de la Région" pour l'avocate du collectif

"Il n'y a aucune urgence à expulser ces familles" Voilà ce qu'a tenté de démontrer l'avocate du collectif de soutien aux migrants. Pour maître Blandine Marty _"c'est un coup de bluff de la région". Son projet d'aménagement de l'ancien bâtiment du CRDP est loin d’être défini et le lancement des appels d'offres prend du temps " il n'y a donc aucune urgence  à expulser ces 60 personnes dont une vingtaine d'enfants qui vont se retrouver à la rue à l'approche de la rentrée scolaire" . Mais la région qui était représentée par l'un de ses agents rétorque que 'le domaine public n'a pas vocation à accueillir ces personnes_" et que la présence d' entreprises est incompatible avec l'occupation actuelle du bâtiment".

Le mot d'ordre du collectif de soutien aux migrants : "Ne rien lâcher"

De son côté le collectif Chabatz d'entrar se dit prêt à faire un recours si jamais le tribunal administratif devait prononcer l'expulsion. Une décision qui doit être rendue ce jeudi. Pour Stéphane Lajaumont porte parole du collectif "la région doit renoncer à son projet inhumain, la seule urgence qu'il y a , c'est d'avoir une démarche de solidarité et d'humanité"