Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le squat de la Providence évacué à Montpellier

vendredi 20 juillet 2018 à 12:22 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

L'ancienne maison de retraite de la Providence à Montpellier, squattée depuis le mois d'octobre, a été évacuée dans le calme ce vendredi matin par les forces de l'ordre. Quelque 110 personnes, dont des familles, y avaient trouvé refuge.

Le squat de la Providence a été évacué ce vendredi matin
Le squat de la Providence a été évacué ce vendredi matin © Maxppp -

Montpellier, France

Le squat de la rue de la Providence à Montpellier a été évacué ce vendredi matin par les forces de l'ordre, une centaine de policiers dont des CRS qui ont bouclé le quartier. Quelque 110 personnes ont dû plier bagage, dans le calme. L'ancienne maison de retraite, voisine de la faculté de droit, était occupée depuis le mois d'octobre. Cette évacuation est en fait l'exécution d'une décision de justice qui prenait effet à partir du 9 juillet. L'opération, commencée à 6 heures et demie a pris fin vers 14 heures.

Tout le monde ne sera pas relogé

Selon nos informations, huit familles au total avec un ou deux enfants sont relogées par la préfecture, elles sont dans un processus légal de demande d'asile. En revanche, les hommes seuls, notamment des Albanais et des Géorgiens qui sont dans le même processus, ne seront pas pris en charge dans l'immédiat, faute de places pour les héberger. Des sans-abris vivaient là également, ainsi que quelques toxicomanes et des déboutés du droit d'asile. A priori, il n'y a eu aucune arrestation.

L'immeuble comprend 70 chambres sur quatre étages et appartient à France-Pierre Patrimoine, société immobilière bordelaise.