Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le squelette retrouvé à Clarensac est bien celui d'Antoine Zoia selon le procureur de la République de Nîmes

mardi 2 octobre 2018 à 17:40 Par Sylvie Duchesne et Romeo Van-Mastrigt, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Le doute n'est plus permis après la découverte d'un squelette samedi à Clarensac. Selon Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes, il s'agit bien de celui d'Antoine Zoia, disparu le 1er mars 2016.

Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes
Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes © Radio France - Roméo Van Mastrigt

Nîmes, France

Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes a confirmé ce mardi que le squelette retrouvé samedi par un chasseur à Clarensac est bien celui d'Antoine Zoia. L'adolescent, âgé de 15 ans, avait disparu le 1er mars 2016. Après avoir acheté un briquet dans le tabac de la commune, il n'était pas réapparu.

Ce sont notamment les dents du squelette qui ont permis d'identifier Antoine. Les parents de l'adolescent ont également reconnu ses vêtements. Son sac à dos et un couteau offert par son père ont été retrouvés sur place. 

"On a pu passer à côté sans le voir. "

C'est par hasard que le squelette a été découvert dans la garrigue, où la végétation est très dense et très touffue. "À moins de 5 mètres, on peut passer à côté sans le voir". 

"Selon les résultats de l'autopsie, aucun élément ne fait penser à une agression" a annoncé le procureur. 

Eric Maurel, le Procureur de la République de Nîmes

Pour autant, les investigations se poursuivent. Deux enquêtes restent en cours, notamment sur les recherches de la cause de la mort.  "Tant que nous n'avons pas tous les éléments aboutis de cette enquête, le ministère public ne ferme aucune hypothèse".