Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Affaire Jean Mercier

Jean Mercier, le Stéphanois qui avait aidé sa femme à mourir, est décédé

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

En novembre 2011, Jean Mercier avait aidé sa femme à mourir 2011 alors qu'elle était atteinte d'une maladie incurable. C'est lui qui lui avait fourni les cachets qui avaient provoqué son décès. Il avait été jugé pour cela et relaxé en 2016. Il est mort ce week-end.

 Jean Mercier interrogé à la sortie de l'un des multiples procès ou il a dû comparaître
Jean Mercier interrogé à la sortie de l'un des multiples procès ou il a dû comparaître © Maxppp - -

Saint-Étienne, France

Jean Mercier s'est éteint ce weekend, à 91 ans. Il avait accepté de devenir un symbole pour essayer de faire évoluer la loi sur la fin de vie. Cet homme avait en effet aidé sa femme malade à mourir à l'automne 2011, à Saint-Étienne, en lui donnant les médicaments qui ont provoqué son décès.

Durant toutes les années qui ont suivi, il s'est retrouvé par trois fois devant la justice pour non-assistance à personne en danger. Alors que bien au contraire, lui qualifiait son geste "d'acte d'amour"

Condamné en 2015, relaxé en 2016

Dans son combat, dont il avait fait une cause nationale, il réclamait une vraie réforme de la loi sur la fin de vie. 

L'association pour le droit de mourir dans la dignité, l'ADMD, avait soutenu son combat dès le début. Son président national, Jean-Luc Romero, estime d'ailleurs que le combat de Jean Mercier n'a pas été inutile.

Jean Luc Romero le président national de l'ADMD

Après quatre ans de procès, Jean Mercier avait fini par être relaxé, mais il avait laissé toutes se forces dans cette bataille judiciaire et n’espérait plus qu'une chose, que la loi évolue. Il l'avait dit dès l'annonce de sa relaxe, à la sortie de la cour d'appel  en 2016.

Jean Mercier à la sortie de la cour d'appel en 2016 ou il avait été relaxé

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu