Faits divers – Justice

Le suspect d'au moins un des 40 incendies de l'été à Milhaud écroué

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère vendredi 9 septembre 2016 à 19:21 Mis à jour le samedi 10 septembre 2016 à 0:04

L'homme a reconnu être à l'origine de l'un des 40 incendies de l'été à Milhaud (Gard)
L'homme a reconnu être à l'origine de l'un des 40 incendies de l'été à Milhaud (Gard) © Maxppp -

Un homme suspecté d'une quarantaine d'incendies a été écroué ce vendredi soir. L'individu de 57 ans a reconnu être à l'origine de trois départs de feu et d'un incendie qui a ravagé trois hectares de garrigue à à Milhaud (Gard), mais il nie être l'auteur des 39 autres de l'été.

L'auteur supposé des incendies de l'été sur la commune de Milhaud qui commençait à sérieusement inquiéter la population a donc été écroué ce vendredi soir. Alors qu'il niait toute implication quand il a été arrêté en flagrant délit, il a finalement reconnu une partie de sa responsabilité.

L'ex-pompier admet être à l'origine du dernier départ de feu sur Milhaud mais refuse d'endosser sa responsabilité dans les 39 autres incendies que la justice lui reproche. Une série d'incendies à l'issue desquels 14 hectares de garrigue ont été dévastés.

C'est un habitant de Milhaud qui a conduit à l'arrestation du supposé incendiaire. Il l'a surpris au sortir d'un bosquet en flammes quittant les lieux à pieds. Les gendarmes n'ont eu qu'à s'en saisir à son domicile. Il avait deux grammes d'alcool dans le sang.

Dans un premier temps, il a nié son implication. Le sans emploi était pourtant brûlé au bras et à la joue. Vendredi soir, il a été mis en examen pour destruction de bien d'autrui par moyens dangereux et écroué. Il encourt une peine de 10 ans de prison.

Alexandre Rossi, vice-procureur du TGI de Nîmes

"L'individu a manifestement des problèmes avec l'alcool et reconnait a minima les faits mais nous avons des éléments à charge."

L'auteur supposé de la série d'incendies vit dans une roulotte chemin des garrigues à Milhaud, près de la zone où était localisée la quarantaine de sinistres.

Très défavorablement connu pour son alcoolo-dépendance, il nie farouchement les 39 autres incendies qui lui sont reprochés. C'est l'instruction pour destruction de bien d'autrui par moyens dangereux qui devrait déterminer sa responsabilité exacte.

Alexandre Rossi, vice-procureur au TGI de Nîmes

Partager sur :