Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Le syndicat Unité SGP Police reagit après le féminicide de Cagnes-sur-Mer

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur

Un proche du policier mis en cause dans l'affaire Salomé indique à France Bleu Azur qu'il est sous le choc. Il revient aussi sur l'enquete de l'IGPN menée pour "non-assistance" à personne à danger après le féminicide de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes).

Illustration police
Illustration police © Radio France - Guillaume Chhum

L'IGPN, la police des polices, ouvre une deuxième enquête après le féminicide de Cagnes-sur-Mer. Une enquête pour non-assistance à personne en danger.  C'est extrêmement rare dans ce genre d'affaire. Mercredi matin, France Bleu Azur a reçu Laurent Martin de Frémont, du syndicat Unité SGP Police, il est aussi un proche d'un des policiers mis en cause.

"Je l'ai eu hier soir au téléphone, il est très choqué. Oui c’est un échec de ne pas avoir pu sauver une femme, mais cela n'en est pas un en matière de procédure d'intervention. Nos collègues ont fait leur travail." - Laurent Martin de Frémont du syndicat Unité SGP Police

L'IGPN cherche à comprendre pourquoi les policiers ont mis 11 minutes à se rendre sur les lieux du drame. Le syndicaliste rappelle que les policiers sont sur de multiples opérations à la fois. 

"Tenez un exemple : à Grasse hier soir un policier se blesse, l'équipage rentre, il n'y a plus de police à Grasse, c'est la police de Cannes qui se déplace."

Et le syndicaliste de rappeler le manque d'effectifs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu