Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le tabac est responsable d'un décès sur huit en France, les femmes de plus en plus concernées

-
Par , France Bleu
France

Le tabagisme reste la première cause de décès évitable. Les hommes sont particulièrement touchés, mais le nombre de femmes qui meurent du tabac bondit en quinze ans, d'après le rapport de Santé publique France publié ce mardi, avant la journée mondiale sans tabac.

Le nombre de décès liés au tabagisme chez les femmes a été multiplié par 2,5 en l'espace de 15 ans.
Le nombre de décès liés au tabagisme chez les femmes a été multiplié par 2,5 en l'espace de 15 ans. © Maxppp - Alexis Sciard

75 000 morts du tabac en un an. L'équivalent d'un décès sur huit, d'après les derniers chiffres de Santé publique France, publiés ce mardi 28 mai 2019, avant la journée mondiale sans tabac prévue vendredi. Une proportion qui reste stable depuis le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire. Les hommes sont toujours les plus nombreux à fumer, mais les femmes les rattrapent. Ceux qui fument le plus restent les plus précaires. Mais il y a du mieux. Les initiatives du ministère de la Santé iraient dans le bon sens pour lutter contre ce fléau. L'an dernier, près d'un tiers des adultes de 18 à 75 ans étaient fumeurs en France, de temps en temps ou tous les jours. 

Les femmes, plus nombreuses à fumer en l'espace de 15 ans 

Les fumeurs sont aujourd'hui deux fois plus nombreux que les fumeuses à mourir du tabac, mais le nombre de décès liés au tabagisme chez les femmes a été multiplié par 2,5 en l'espace de quinze ans, passant de 8 000 en 2000 à 19 900 en 2015. 

D'après l'étude, les plus précaires et les chômeurs fument plus fréquemment que les autres. Le diplôme conditionne aussi la consommation de tabac. Il y a 28% de fumeurs chez les Français qui ont un niveau inférieur ou égal au baccalauréat, contre 19% chez les plus diplômés.

La cause principale des décès liés au tabagisme est le cancer, dans 61,7% des cas, surtout du poumon, devant la maladie cardiovasculaire (22,1%) et la pathologie respiratoire (16,2%).

Moins de fumeurs au quotidien

Depuis 2016, il y a 1,6 million de fumeurs de tous les jours en moins, a dévoilé fin mars le ministère de la Santé. Un chiffre confirmé aujourd'hui par Santé publique France. 600 000 fumeurs quotidiens de moins rien que sur le premier semestre 2018. Leur proportion a baissé : elle était de 25,4% en 2018 contre 26,9% l'année d'avant.

D'après les pouvoirs publics, ce serait grâce à l'augmentation du prix du paquet neutre, qui devrait passer à 10€ l'an prochain, au remboursement des patchs et autres substituts nicotiniques, ou encore à l'opération mois sans tabac en novembre. 

Et la cigarette électronique ?

Les fumeurs se tournent de plus de plus vers la cigarette électronique pour tenter d'arrêter le tabac, d'après Santé publique France. C'est l'outil d'aide au sevrage le plus utilisé, devant les patchs et autres gommes à mâcher. En revanche, on ne connaît toujours pas l'impact qu'elle a sur notre santé.

En 2018, 3,8% des adultes âgés de 18 à 75 ans disent l'utiliser quotidiennement, contre 2,7% en 2017. Huit adultes sur dix qui fument du tabac tous les jours ont déjà vapoté. On apprend aussi que plus de 40% des vapoteurs quotidiens continuent malgré tout de fumer du tabac tous les jours, et 10% de temps en temps. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu